Index Strasbourg curieux Strasbourg à la loupe

Agenda curieux :: Actu des sites Strasbourgeois :: Hébergement strasbourgeois

Strasbourg à la loupe » Eric Schultz

Feeds

11866 items (11396 unread) in 267 feeds

Exposition Exposition (684 unread)
Concert / soirée Concert / soirée (415 unread)
Guide / média Guide / média (5781 unread)
Média_vidéo Média_vidéo (467 unread)
Projection Projection (15 unread)
Politique / social Politique / social (2389 unread)
théâtre théâtre (40 unread)
Artiste Artiste (11 unread)
Inclassables Inclassables (101 unread)
Edition/bd/imprimerie Edition/bd/imprimerie (298 unread)
Vélo transport Vélo transport (371 unread)
Monde Numérique Monde Numérique (109 unread)
Monde Numérique Média Monde Numérique Média
Nature et Agriculture Nature et Agriculture (238 unread)
Vie/assoc Quartiers Vie/assoc Quartiers (477 unread)
 «  Expand/Collapse
MagpieRSS Object
(
    [parser] => Resource id #18
    [current_item] => Array
        (
        )

    [items] => Array
        (
            [0] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Stationnement payant : reaffirmer le droit à la ville de toutes et tous
                    [link#] => 1
                    [link] => http://www.ericschultz.fr/stationnement-payant-reaffirmer-le-droit-a-la-ville-de-toutes-et-tous/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://www.ericschultz.fr/stationnement-payant-reaffirmer-le-droit-a-la-ville-de-toutes-et-tous/#comments
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 20 Sep 2021 09:59:43 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Eric Schultz
                            [subject#] => 8
                            [subject] => Non classé
                            [subject#2] => Strasbourg
                            [subject#3] => Tribune
                            [subject#4] => droit à la ville
                            [subject#5] => gentrification
                            [subject#6] => stationnement
                            [subject#7] => tribune
                            [subject#8] => une
                        )

                    [category#] => 8
                    [category] => Non classé
                    [category#2] => Strasbourg
                    [category#3] => Tribune
                    [category#4] => droit à la ville
                    [category#5] => gentrification
                    [category#6] => stationnement
                    [category#7] => tribune
                    [category#8] => une
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://www.ericschultz.fr/?p=1195
                    [description#] => 1
                    [description] => La réforme du stationnement payant signe le coup d’arrêt des politiques d’égalité urbaine engagées à Strasbourg depuis 1989. Nous appelons les élu.es écologistes à y renoncer. En effet, le texte soumis à l’approbation du Conseil municipal du 20 septembre, sous couvert de « partage de l’espace public » et d’action « pour le climat », fait bien peu de [&hellip
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">La </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">réforme</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> du stationnement payant </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">signe</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> le coup d’arrêt des politiques d’égalité urbaine </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">engagées</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> à Strasbourg depuis 1989. Nous appelons les élu.es </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">écologistes</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> à y renoncer.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">En effet, le texte soumis à l’approbation </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">du Conseil municipal du 20 septembre</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">, sous couvert de </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"><i>« partage de l’espace public »</i></span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> et d’action </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"><i>« pour le climat »</i></span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">, fait bien peu de cas de la mixité sociale des populations qui habitent </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">notre ville</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Tout n’est pas parfait, certes, et il y a certainement des choses </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">à améliorer</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">. Mais nous ne pouvons pas souscrire à une approche idéologique productrice d’inégalités </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">qui mènerait à</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> la mise en place d’une ville à deux vitesses : une ville dont les plus fragiles (physiquement, économiquement ou socialement) seraient exclus alors qu’ils en font pleinement partie et qu’ils contribuent à sa diversité, à sa richesse et à son (attr)activité.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Faut-il rappeler qu’on ne construit pas une ville uniquement pour des catégories de population actives et en bonne santé, mais pour l’ensemble de ses habitants ? Pour nous, comme pour de nombreux strasbourgeois, penser la ville de demain, c’est penser la ville pour tous et veiller à garantir à chacun </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">son</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> droit à la ville, à sa ville, </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">celle dans laquelle</span></span> <span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">il</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> grandit, vit, travaille ou passe ne serait-ce qu’un instant…</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">A l’évidence, la réforme </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">envisagée</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> ne permettra pas d’atteindre cet objectif. </span></span><strong><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">E</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">n privilégiant </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"><i>« l’usager »</i></span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> à l’habitant et la </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"><i>« convivialité »</i></span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> à l’habitat, la municipalité s’engage dans </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">un</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> processus de gentrification du grand centre-ville.</span></span></strong></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Après la bétonisation du Neudorf et l</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">a marche forcée vers</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> la ZFE, la réforme du stationnement payant vient à son tour renforcer les inégalités spatiales, résidentielles, économiques, sociales, de santé, d’accessibilité, générationnelles et/ou temporelles que subissent les strasbourgeois. </span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Des inégalités dont les effets </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">inévitables</span></span> <span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">sont</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> de repousser toujours un peu plus les milieux populaires (mais pas seulement) du centre vers la périphérie.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Nous pouvons rêver d’un monde sans voitures et où les </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"><i>« mobilités actives »</i></span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> seraient reines, mais quiconque pratique la ville au quotidien sait que  :</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;">- nous ne sommes pas tous égaux physiquement devant la marche ou le vélo et que les transports en commun ne sont pas accessibles à toutes et à tous</span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">- nos lieux de travail, d’études ou d’activité ne sont pas toujours accessibles à pied, en transports en commun ou à vélo</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">- nos temps de vie ou d’activité ne sont pas forcément adaptés à ces usages</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">- notre organisation personnelle ou familiale nous contraint </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">parfois</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> à avoir besoin d’un véhicule à proximité de notre logement et il n’est pas toujours possible de rajouter du temps ou de la distance entre </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">notre</span></span> <span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">domicile</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> et </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">notre</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> véhicule.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><i><b>A ne pas saisir la diversité des usages qui font une ville, on finit par priver ses habitants de l’usage de leur ville.</b></i></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;">A-t-on mesuré l’impact des mesures annoncées pour les personnes âgées, les familles monoparentales, les personnes à la santé fragile, à la mobilité réduite ou en situation de handicap (passager ou permanent) ?</span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">A-t-on mesuré l’impact financier d’une augmentation </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"><i>« conséquente »</i></span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> du stationnement résident sur les catégories populaires résidant dans les quartiers qui seront impactés ?</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;">A-t-on mesuré l’impact temporel d’un éloignement plus important de son véhicule sur l’organisation sociale et familiale des ménages concernés ?</span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;">A l’évidence ce n’est pas le cas… </span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Or, à multiplier les contraintes (physiques ou financières), on finit immanquablement par pousser vers la sortie (ou les périphéries) ceux qui </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">n’y peuvent rien et </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">qui n’en peuvent plus… </span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;">Ce n’est pas acceptable…</span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Habitants de différents quartiers de Strasbourg, citoyens engagés pour notre ville, militants du mieux vivre ensemble, nous refusons des orientations qui pénalisent les résidents et ne prennent pas en compte les différents usages que nous avons de notre ville. </span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Nous aspirons à </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">une ville apaisée et accueillante dont les espaces publics seraient accessibles à tous et toutes. Mais nous savons aussi qu’une ville est plurielle et que la mixité sociale est une richesse et un atout. </span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">C’est elle qui nous préserve tout autant de la ghettoïsation des périphéries que de la muséification du centre-ville.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">L’équilibre est fragile, il nous appartient à tous de le préserver pour faire ville ensemble.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">C’est pourquoi</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> nous invitons la municipalité à revoir sa copie, ou à défaut à la soumettre à une votation citoyenne.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="font-size: medium;"><span style="text-decoration: underline;"><strong>Signataires :</strong></span> Delphine Bernard (Neudorf), Mathieu Cahn (Centre-Ville), Elisabeth Eschenlohr (Centre-Ville), Aurélie Iund (Tribunal), Elisabeth Ramel (Neudorf), Jean-Philipppe Restoueix (Krutenau), Eric Schultz (Krutenau), Etienne Westphal (Cronenbourg)</span></span></span></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://www.ericschultz.fr/stationnement-payant-reaffirmer-le-droit-a-la-ville-de-toutes-et-tous/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => La réforme du stationnement payant signe le coup d’arrêt des politiques d’égalité urbaine engagées à Strasbourg depuis 1989. Nous appelons les élu.es écologistes à y renoncer. En effet, le texte soumis à l’approbation du Conseil municipal du 20 septembre, sous couvert de « partage de l’espace public » et d’action « pour le climat », fait bien peu de [&#038;hellip
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">La </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">réforme</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> du stationnement payant </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">signe</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> le coup d’arrêt des politiques d’égalité urbaine </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">engagées</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> à Strasbourg depuis 1989. Nous appelons les élu.es </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">écologistes</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> à y renoncer.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">En effet, le texte soumis à l’approbation </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">du Conseil municipal du 20 septembre</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">, sous couvert de </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"><i>« partage de l’espace public »</i></span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> et d’action </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"><i>« pour le climat »</i></span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">, fait bien peu de cas de la mixité sociale des populations qui habitent </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">notre ville</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Tout n’est pas parfait, certes, et il y a certainement des choses </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">à améliorer</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">. Mais nous ne pouvons pas souscrire à une approche idéologique productrice d’inégalités </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">qui mènerait à</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> la mise en place d’une ville à deux vitesses : une ville dont les plus fragiles (physiquement, économiquement ou socialement) seraient exclus alors qu’ils en font pleinement partie et qu’ils contribuent à sa diversité, à sa richesse et à son (attr)activité.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Faut-il rappeler qu’on ne construit pas une ville uniquement pour des catégories de population actives et en bonne santé, mais pour l’ensemble de ses habitants ? Pour nous, comme pour de nombreux strasbourgeois, penser la ville de demain, c’est penser la ville pour tous et veiller à garantir à chacun </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">son</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> droit à la ville, à sa ville, </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">celle dans laquelle</span></span> <span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">il</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> grandit, vit, travaille ou passe ne serait-ce qu’un instant…</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">A l’évidence, la réforme </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">envisagée</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> ne permettra pas d’atteindre cet objectif. </span></span><strong><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">E</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">n privilégiant </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"><i>« l’usager »</i></span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> à l’habitant et la </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"><i>« convivialité »</i></span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> à l’habitat, la municipalité s’engage dans </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">un</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> processus de gentrification du grand centre-ville.</span></span></strong></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Après la bétonisation du Neudorf et l</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">a marche forcée vers</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> la ZFE, la réforme du stationnement payant vient à son tour renforcer les inégalités spatiales, résidentielles, économiques, sociales, de santé, d’accessibilité, générationnelles et/ou temporelles que subissent les strasbourgeois. </span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Des inégalités dont les effets </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">inévitables</span></span> <span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">sont</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> de repousser toujours un peu plus les milieux populaires (mais pas seulement) du centre vers la périphérie.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Nous pouvons rêver d’un monde sans voitures et où les </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"><i>« mobilités actives »</i></span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> seraient reines, mais quiconque pratique la ville au quotidien sait que  :</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;">- nous ne sommes pas tous égaux physiquement devant la marche ou le vélo et que les transports en commun ne sont pas accessibles à toutes et à tous</span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">- nos lieux de travail, d’études ou d’activité ne sont pas toujours accessibles à pied, en transports en commun ou à vélo</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">- nos temps de vie ou d’activité ne sont pas forcément adaptés à ces usages</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">- notre organisation personnelle ou familiale nous contraint </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">parfois</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> à avoir besoin d’un véhicule à proximité de notre logement et il n’est pas toujours possible de rajouter du temps ou de la distance entre </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">notre</span></span> <span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">domicile</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> et </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">notre</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> véhicule.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><i><b>A ne pas saisir la diversité des usages qui font une ville, on finit par priver ses habitants de l’usage de leur ville.</b></i></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;">A-t-on mesuré l’impact des mesures annoncées pour les personnes âgées, les familles monoparentales, les personnes à la santé fragile, à la mobilité réduite ou en situation de handicap (passager ou permanent) ?</span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">A-t-on mesuré l’impact financier d’une augmentation </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"><i>« conséquente »</i></span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> du stationnement résident sur les catégories populaires résidant dans les quartiers qui seront impactés ?</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;">A-t-on mesuré l’impact temporel d’un éloignement plus important de son véhicule sur l’organisation sociale et familiale des ménages concernés ?</span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;">A l’évidence ce n’est pas le cas… </span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Or, à multiplier les contraintes (physiques ou financières), on finit immanquablement par pousser vers la sortie (ou les périphéries) ceux qui </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">n’y peuvent rien et </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">qui n’en peuvent plus… </span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;">Ce n’est pas acceptable…</span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Habitants de différents quartiers de Strasbourg, citoyens engagés pour notre ville, militants du mieux vivre ensemble, nous refusons des orientations qui pénalisent les résidents et ne prennent pas en compte les différents usages que nous avons de notre ville. </span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">Nous aspirons à </span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">une ville apaisée et accueillante dont les espaces publics seraient accessibles à tous et toutes. Mais nous savons aussi qu’une ville est plurielle et que la mixité sociale est une richesse et un atout. </span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">C’est elle qui nous préserve tout autant de la ghettoïsation des périphéries que de la muséification du centre-ville.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">L’équilibre est fragile, il nous appartient à tous de le préserver pour faire ville ensemble.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;">C’est pourquoi</span></span><span style="color: #000000;"><span style="font-size: medium;"> nous invitons la municipalité à revoir sa copie, ou à défaut à la soumettre à une votation citoyenne.</span></span></span></span></p>
<p><span style="font-family: Times New Roman, serif;"><span style="font-size: medium;"><span style="font-size: medium;"><span style="text-decoration: underline;"><strong>Signataires :</strong></span> Delphine Bernard (Neudorf), Mathieu Cahn (Centre-Ville), Elisabeth Eschenlohr (Centre-Ville), Aurélie Iund (Tribunal), Elisabeth Ramel (Neudorf), Jean-Philipppe Restoueix (Krutenau), Eric Schultz (Krutenau), Etienne Westphal (Cronenbourg)</span></span></span></p>

                    [category@term] => Non classé
                    [category#2@term] => Strasbourg
                    [category#3@term] => Tribune
                    [category#4@term] => droit à la ville
                    [category#5@term] => gentrification
                    [category#6@term] => stationnement
                    [category#7@term] => tribune
                    [category#8@term] => une
                    [date_timestamp] => 1632131983
                )

            [1] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Comprendre l’abstention : du retrait civique a la greve democratique
                    [link#] => 1
                    [link] => http://www.ericschultz.fr/comprendre-labstention-du-retrait-civique-a-la-greve-democratique/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://www.ericschultz.fr/comprendre-labstention-du-retrait-civique-a-la-greve-democratique/#comments
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Sat, 03 Jul 2021 09:37:56 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Eric Schultz
                            [subject#] => 9
                            [subject] => Démocratie
                            [subject#2] => Elections
                            [subject#3] => Non classé
                            [subject#4] => abstention
                            [subject#5] => citoyenneté
                            [subject#6] => election
                            [subject#7] => participation
                            [subject#8] => une
                            [subject#9] => vote
                        )

                    [category#] => 9
                    [category] => Démocratie
                    [category#2] => Elections
                    [category#3] => Non classé
                    [category#4] => abstention
                    [category#5] => citoyenneté
                    [category#6] => election
                    [category#7] => participation
                    [category#8] => une
                    [category#9] => vote
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://www.ericschultz.fr/?p=1189
                    [description#] => 1
                    [description] => Dimanche 27 juin, 20h. Il n’y a pas eu de sursaut. L’abstention, ce retrait civique du processus électoral, bat des records : 70 % dans le Grand Est, en Alsace et à Strasbourg. 80 % des moins de 34 ans. Les incantations et les injonctions de l’entre deux-tours n’y auront rien changé, les électeurs ne se sont pas [&#038;hellip
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p>Dimanche 27 juin, 20h. Il n’y a pas eu de sursaut. L’abstention, ce retrait civique du processus électoral, bat des records : 70 % dans le Grand Est, en Alsace et à Strasbourg. 80 % des moins de 34 ans. Les incantations et les injonctions de l’entre deux-tours n’y auront rien changé, les électeurs ne se sont pas déplacés. C’est un problème. Et pourtant…</p>
<p>Et pourtant, comme à chaque fois, après quelques rapides (et très convenus) commentaires sur la gravité et le sérieux de la situation, candidats et commentateurs s’adonnent en direct et sans retenue à « l’analyse » de résultats et de rapports de forces qui ne concernent au final qu’une part sans cesse plus réduite de l’électorat. Comme si de rien n’était. Et c’est bien là que le bât blesse.</p>
<p>Année après année, le retrait civique de nos concitoyens se fait plus fort, plus profond, plus conscient et plus ancré. Petit à petit, et au-delà de ses causes traditionnelles, l’abstention est désormais devenue un geste politique et le symptôme durable de la défiance qu’entretient le plus grand nombre à l’égard des institutions, des politiques voire de toute forme de participation des citoyens à la vie publique.</p>
<p>Car le retrait civique ne concerne pas que la démocratie dite « représentative ». Chacun pourra le constater, notamment à Strasbourg. Après un bref sursaut entre 2008 et 2012, le désintérêt croissant du plus grand nombre pour la démocratie dite « participative » (conseils de quartier, concertations, « co-construction »…) témoigne de la même défiance, de la même crise de confiance, non pas dans la démocratie sous ses différents aspects, mais envers celles et ceux qui s’en arrogent le monopole en dévoyant parfois son principe fondamental : le respect de la souveraineté populaire, de la parole donnée et du mandat confié.</p>
<p>Les mêmes causes produisent, dit-on, souvent les mêmes effets. Combien de fois n’a-t-on pas entendu nos concitoyens douter de l’utilité de se déplacer aux urnes alors qu’ils n’ont pas le sentiment d’être écoutés, ni au moment du vote, ni en cours de mandat ? Combien de fois n’a-t-on pas entendu nos concitoyens douter de l’utilité même de participer à des consultations publiques, tout étant à leurs yeux joué (et souvent perdu) d’avance ? Et qu’a-t-on fait de cette parole ? Bien peu de choses en vérité, nombreux sont ceux qui continuent à danser sur le volcan dans le déni le plus total.</p>
<p>Au-delà des réactions convenues d’un dimanche soir, l’abstention doit être prise pour ce qu’elle est devenue : un acte volontaire et conscient sur lequel la démocratie d’injonction, qui convoque la morale ou la culpabilité à son secours, n’a plus aucune prise. Pourtant, les solutions existent. Mais elles sont ailleurs&#8230; A titre personnel, je fais partie de ceux qui ont la faiblesse de croire que le retour vers une démocratie vivante (sous toutes ses formes) reste étroitement lié à la réhabilitation de la politique, de l’engagement et du combat d’idées. Que la politique est l’affaire de toutes et tous et qu’il est urgent de reprendre la main.</p>
<p>Depuis trop longtemps, les politiques ont pris l’habitude de ne plus s’adresser (au moment des élections ou en cours de mandat) qu’à la portion congrue de l’électorat qui se déplace encore pour voter et ne cherche plus à mobiliser ou à convaincre le plus grand nombre. Et cela devient un cercle vicieux, ceux auxquels on ne s’adresse pas, ne se déplacent pas… Aucune légitimité, aucun espoir ne peut renaître quand on s’enferme dans le déni&#8230;</p>
<p>Dimanche 27 juin, 20h. Le roi est nu. L’abstention bat des records. Les incantations et les injonctions de l’entre deux-tours n’y auront rien changé. Jusqu’à la prochaine fois… Ou pas…</p>
<p>Le débat est ouvert&#8230;</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://www.ericschultz.fr/comprendre-labstention-du-retrait-civique-a-la-greve-democratique/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Dimanche 27 juin, 20h. Il n’y a pas eu de sursaut. L’abstention, ce retrait civique du processus électoral, bat des records : 70 % dans le Grand Est, en Alsace et à Strasbourg. 80 % des moins de 34 ans. Les incantations et les injonctions de l’entre deux-tours n’y auront rien changé, les électeurs ne se sont pas [&#038;hellip
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p>Dimanche 27 juin, 20h. Il n’y a pas eu de sursaut. L’abstention, ce retrait civique du processus électoral, bat des records : 70 % dans le Grand Est, en Alsace et à Strasbourg. 80 % des moins de 34 ans. Les incantations et les injonctions de l’entre deux-tours n’y auront rien changé, les électeurs ne se sont pas déplacés. C’est un problème. Et pourtant…</p>
<p>Et pourtant, comme à chaque fois, après quelques rapides (et très convenus) commentaires sur la gravité et le sérieux de la situation, candidats et commentateurs s’adonnent en direct et sans retenue à « l’analyse » de résultats et de rapports de forces qui ne concernent au final qu’une part sans cesse plus réduite de l’électorat. Comme si de rien n’était. Et c’est bien là que le bât blesse.</p>
<p>Année après année, le retrait civique de nos concitoyens se fait plus fort, plus profond, plus conscient et plus ancré. Petit à petit, et au-delà de ses causes traditionnelles, l’abstention est désormais devenue un geste politique et le symptôme durable de la défiance qu’entretient le plus grand nombre à l’égard des institutions, des politiques voire de toute forme de participation des citoyens à la vie publique.</p>
<p>Car le retrait civique ne concerne pas que la démocratie dite « représentative ». Chacun pourra le constater, notamment à Strasbourg. Après un bref sursaut entre 2008 et 2012, le désintérêt croissant du plus grand nombre pour la démocratie dite « participative » (conseils de quartier, concertations, « co-construction »…) témoigne de la même défiance, de la même crise de confiance, non pas dans la démocratie sous ses différents aspects, mais envers celles et ceux qui s’en arrogent le monopole en dévoyant parfois son principe fondamental : le respect de la souveraineté populaire, de la parole donnée et du mandat confié.</p>
<p>Les mêmes causes produisent, dit-on, souvent les mêmes effets. Combien de fois n’a-t-on pas entendu nos concitoyens douter de l’utilité de se déplacer aux urnes alors qu’ils n’ont pas le sentiment d’être écoutés, ni au moment du vote, ni en cours de mandat ? Combien de fois n’a-t-on pas entendu nos concitoyens douter de l’utilité même de participer à des consultations publiques, tout étant à leurs yeux joué (et souvent perdu) d’avance ? Et qu’a-t-on fait de cette parole ? Bien peu de choses en vérité, nombreux sont ceux qui continuent à danser sur le volcan dans le déni le plus total.</p>
<p>Au-delà des réactions convenues d’un dimanche soir, l’abstention doit être prise pour ce qu’elle est devenue : un acte volontaire et conscient sur lequel la démocratie d’injonction, qui convoque la morale ou la culpabilité à son secours, n’a plus aucune prise. Pourtant, les solutions existent. Mais elles sont ailleurs&#8230; A titre personnel, je fais partie de ceux qui ont la faiblesse de croire que le retour vers une démocratie vivante (sous toutes ses formes) reste étroitement lié à la réhabilitation de la politique, de l’engagement et du combat d’idées. Que la politique est l’affaire de toutes et tous et qu’il est urgent de reprendre la main.</p>
<p>Depuis trop longtemps, les politiques ont pris l’habitude de ne plus s’adresser (au moment des élections ou en cours de mandat) qu’à la portion congrue de l’électorat qui se déplace encore pour voter et ne cherche plus à mobiliser ou à convaincre le plus grand nombre. Et cela devient un cercle vicieux, ceux auxquels on ne s’adresse pas, ne se déplacent pas… Aucune légitimité, aucun espoir ne peut renaître quand on s’enferme dans le déni&#8230;</p>
<p>Dimanche 27 juin, 20h. Le roi est nu. L’abstention bat des records. Les incantations et les injonctions de l’entre deux-tours n’y auront rien changé. Jusqu’à la prochaine fois… Ou pas…</p>
<p>Le débat est ouvert&#8230;</p>

                    [category@term] => Démocratie
                    [category#2@term] => Elections
                    [category#3@term] => Non classé
                    [category#4@term] => abstention
                    [category#5@term] => citoyenneté
                    [category#6@term] => election
                    [category#7@term] => participation
                    [category#8@term] => une
                    [category#9@term] => vote
                    [date_timestamp] => 1625305076
                )

            [2] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Strasbourg : Rassembler les ecologistes et la gauche pour gagner en 2020
                    [link#] => 1
                    [link] => http://www.ericschultz.fr/strasbourg-rassembler-les-ecologistes-et-la-gauche-pour-gagner-en-2020/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://www.ericschultz.fr/strasbourg-rassembler-les-ecologistes-et-la-gauche-pour-gagner-en-2020/#comments
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Sat, 12 Oct 2019 06:50:12 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Eric Schultz
                            [subject#] => 9
                            [subject] => Elections
                            [subject#2] => Strasbourg
                            [subject#3] => Tribune
                            [subject#4] => 2020
                            [subject#5] => Ecologie
                            [subject#6] => elections municipales
                            [subject#7] => gauche
                            [subject#8] => rassemblement
                            [subject#9] => une
                        )

                    [category#] => 9
                    [category] => Elections
                    [category#2] => Strasbourg
                    [category#3] => Tribune
                    [category#4] => 2020
                    [category#5] => Ecologie
                    [category#6] => elections municipales
                    [category#7] => gauche
                    [category#8] => rassemblement
                    [category#9] => une
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://www.ericschultz.fr/?p=1182
                    [description#] => 1
                    [description] => Signataire de l’appel au rassemblement Strasbourg Ecométropole au lendemain des élections européennes de juin 2019, je ne peux que m’interroger au vu de la situation politique strasbourgeoise à cinq mois du scrutin municipal, et en particulier à gauche&#8230; Alors que tout le monde s’accorde à dire que les prochaines années seront déterminantes pour relever les [&#038;hellip
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p>Signataire de l’appel au rassemblement <em><strong>Strasbourg Ecométropole</strong></em> au lendemain des élections européennes de juin 2019, je ne peux que m’interroger au vu de la situation politique strasbourgeoise à cinq mois du scrutin municipal, et en particulier à gauche&#8230;</p>
<p>Alors que tout le monde s’accorde à dire que les prochaines années seront déterminantes pour relever les défis des crises environnementale, climatique et sociale, et bien que les listes « citoyennes » soient désormais de rigueur, peu semble avoir été entrepris ces derniers mois pour tenter de dépasser les égoïsmes partisans ou les tentations hégémoniques des uns comme des autres et travailler enfin, avec les habitant.e.s de notre ville, sur ce qui nous rassemble plutôt que sur ce qui nous divise.</p>
<p>Pourtant, est-il vraiment raisonnable, alors que les enjeux sociaux sont bien identifiés et nous sont rappelés avec vigueur par celles et ceux qui souffrent le plus aujourd’hui, de prendre le risque de voir Strasbourg se mettre « en marche » pour devenir un « laboratoire de politiques gouvernementales » dont nous mesurons chaque jour les insuffisances et les dégâts ?</p>
<p>Est-il vraiment cohérent lorsque l’on met en avant une urgence écologique qui n’a jamais été aussi pressante, de prendre le risque au niveau local de devoir temporiser, en cas de défaite, encore six longues années alors que nous devons et pouvons y répondre dès aujourd’hui en engageant au niveau local des changements de cap radicaux ?</p>
<p><strong>Est-il vraiment sérieux, dans une période d’incertitude politique et de doute démocratique, de confier au huis clos rassurant d’appareils partisans, restreints ou élargis,</strong> qui rassemblent à peine 100 ou 200 personnes dans une ville de 280 000 habitant.e.s, <strong>le soin de désigner celle ou celui qui pourrait être appelé.e à devenir maire de la huitième ville de France ?</strong></p>
<p>Enfin, est-il vraiment opportun alors que l’échéance des élections municipales approche à grands pas, de s’obstiner à partir en ordre dispersé pour « se compter » afin de départager les écologistes du reste de la gauche au premier tour des municipales alors que le candidat de la République en Marche, fortement appuyé par les équipes du centre-droit travaille à s’imposer comme le candidat rassurant de la majorité présidentielle ?</p>
<p>J’ai la faiblesse de penser que <strong>Strasbourg mérite mieux que cela</strong> et qu’<strong>un sursaut est encore possible !</strong></p>
<p>Ecologiste résolument ancré à gauche, je reste convaincu que dans la configuration qui est en train de se mettre en place à Strasbourg, la division des écologistes et de la gauche est mortifère et qu’elle ne pourra qu’avoir des conséquences funestes pour notre ville et pour ses habitant.e.s.</p>
<p>Sans préjuger des qualités des candidat.e.s qui ont déjà été désigné.e.s ou de ceux qui sont en passe de l’être,<strong> la question du rassemblement des écologistes et de la gauche dès le premier tour des municipales se pose avec d’autant plus d’acuité que les urgences sont connues et que nous n’aurons pas 6 années supplémentaires pour y répondre.</strong> Les mobilisons importantes des marches pour le climat et la justice sociale le rappellent avec force, est il utile de le souligner ?</p>
<p>Le rassemblement est nécessaire, il est encore temps de le construire en y associant les habitant.e.s de notre ville. Et<strong> si une primaire devait être organisée pour choisir celle ou celui qui en portera les couleurs en mars 2020, alors qu’elle le soit, et que cette primaire soit ouverte à toutes celles et à tous ceux qui refusent la fatalité et souhaitent une gauche rassemblée pour porter une véritable alternative citoyenne, écologiste, sociale et populaire à Strasbourg en mars 2020 !</strong></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://www.ericschultz.fr/strasbourg-rassembler-les-ecologistes-et-la-gauche-pour-gagner-en-2020/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Signataire de l’appel au rassemblement Strasbourg Ecométropole au lendemain des élections européennes de juin 2019, je ne peux que m’interroger au vu de la situation politique strasbourgeoise à cinq mois du scrutin municipal, et en particulier à gauche&#8230; Alors que tout le monde s’accorde à dire que les prochaines années seront déterminantes pour relever les [&#038;hellip
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p>Signataire de l’appel au rassemblement <em><strong>Strasbourg Ecométropole</strong></em> au lendemain des élections européennes de juin 2019, je ne peux que m’interroger au vu de la situation politique strasbourgeoise à cinq mois du scrutin municipal, et en particulier à gauche&#8230;</p>
<p>Alors que tout le monde s’accorde à dire que les prochaines années seront déterminantes pour relever les défis des crises environnementale, climatique et sociale, et bien que les listes « citoyennes » soient désormais de rigueur, peu semble avoir été entrepris ces derniers mois pour tenter de dépasser les égoïsmes partisans ou les tentations hégémoniques des uns comme des autres et travailler enfin, avec les habitant.e.s de notre ville, sur ce qui nous rassemble plutôt que sur ce qui nous divise.</p>
<p>Pourtant, est-il vraiment raisonnable, alors que les enjeux sociaux sont bien identifiés et nous sont rappelés avec vigueur par celles et ceux qui souffrent le plus aujourd’hui, de prendre le risque de voir Strasbourg se mettre « en marche » pour devenir un « laboratoire de politiques gouvernementales » dont nous mesurons chaque jour les insuffisances et les dégâts ?</p>
<p>Est-il vraiment cohérent lorsque l’on met en avant une urgence écologique qui n’a jamais été aussi pressante, de prendre le risque au niveau local de devoir temporiser, en cas de défaite, encore six longues années alors que nous devons et pouvons y répondre dès aujourd’hui en engageant au niveau local des changements de cap radicaux ?</p>
<p><strong>Est-il vraiment sérieux, dans une période d’incertitude politique et de doute démocratique, de confier au huis clos rassurant d’appareils partisans, restreints ou élargis,</strong> qui rassemblent à peine 100 ou 200 personnes dans une ville de 280 000 habitant.e.s, <strong>le soin de désigner celle ou celui qui pourrait être appelé.e à devenir maire de la huitième ville de France ?</strong></p>
<p>Enfin, est-il vraiment opportun alors que l’échéance des élections municipales approche à grands pas, de s’obstiner à partir en ordre dispersé pour « se compter » afin de départager les écologistes du reste de la gauche au premier tour des municipales alors que le candidat de la République en Marche, fortement appuyé par les équipes du centre-droit travaille à s’imposer comme le candidat rassurant de la majorité présidentielle ?</p>
<p>J’ai la faiblesse de penser que <strong>Strasbourg mérite mieux que cela</strong> et qu’<strong>un sursaut est encore possible !</strong></p>
<p>Ecologiste résolument ancré à gauche, je reste convaincu que dans la configuration qui est en train de se mettre en place à Strasbourg, la division des écologistes et de la gauche est mortifère et qu’elle ne pourra qu’avoir des conséquences funestes pour notre ville et pour ses habitant.e.s.</p>
<p>Sans préjuger des qualités des candidat.e.s qui ont déjà été désigné.e.s ou de ceux qui sont en passe de l’être,<strong> la question du rassemblement des écologistes et de la gauche dès le premier tour des municipales se pose avec d’autant plus d’acuité que les urgences sont connues et que nous n’aurons pas 6 années supplémentaires pour y répondre.</strong> Les mobilisons importantes des marches pour le climat et la justice sociale le rappellent avec force, est il utile de le souligner ?</p>
<p>Le rassemblement est nécessaire, il est encore temps de le construire en y associant les habitant.e.s de notre ville. Et<strong> si une primaire devait être organisée pour choisir celle ou celui qui en portera les couleurs en mars 2020, alors qu’elle le soit, et que cette primaire soit ouverte à toutes celles et à tous ceux qui refusent la fatalité et souhaitent une gauche rassemblée pour porter une véritable alternative citoyenne, écologiste, sociale et populaire à Strasbourg en mars 2020 !</strong></p>

                    [category@term] => Elections
                    [category#2@term] => Strasbourg
                    [category#3@term] => Tribune
                    [category#4@term] => 2020
                    [category#5@term] => Ecologie
                    [category#6@term] => elections municipales
                    [category#7@term] => gauche
                    [category#8@term] => rassemblement
                    [category#9@term] => une
                    [date_timestamp] => 1570863012
                )

            [3] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Strasbourg Ecometropole : un projet ecologiste, social et populaire
                    [link#] => 1
                    [link] => http://www.ericschultz.fr/strasbourg-ecometropole-un-projet-ecologiste-social-et-populaire/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://www.ericschultz.fr/strasbourg-ecometropole-un-projet-ecologiste-social-et-populaire/#comments
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Sat, 15 Jun 2019 06:27:49 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Eric Schultz
                            [subject#] => 10
                            [subject] => Non classé
                            [subject#2] => 2020
                            [subject#3] => Ecologie
                            [subject#4] => Ecologie Populaire
                            [subject#5] => Ecometropole
                            [subject#6] => elections municipales
                            [subject#7] => eurometropole
                            [subject#8] => Justice sociale
                            [subject#9] => Strasbourg
                            [subject#10] => une
                        )

                    [category#] => 10
                    [category] => Non classé
                    [category#2] => 2020
                    [category#3] => Ecologie
                    [category#4] => Ecologie Populaire
                    [category#5] => Ecometropole
                    [category#6] => elections municipales
                    [category#7] => eurometropole
                    [category#8] => Justice sociale
                    [category#9] => Strasbourg
                    [category#10] => une
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://www.ericschultz.fr/?p=1172
                    [description#] => 1
                    [description] => A Strasbourg comme ailleurs les résultats des élections européennes interpellent. Les élections du 26 mai ont ouvert de nouvelles possibilités que nous devons saisir pour offrir une alternative au face-à face qui oppose l’ultra-libéralisme à l’extrême-droite. Le vote écologiste aux européennes, dans sa diversité, les mobilisations citoyennes en faveur de la santé publique, pour une [&#038;hellip
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p>A Strasbourg comme ailleurs les résultats des élections européennes interpellent.</p>
<p>Les élections du 26 mai ont ouvert de nouvelles possibilités que nous devons saisir pour <strong>offrir une alternative au face-à face qui oppose l’ultra-libéralisme à l’extrême-droite.</strong></p>
<p>Le vote écologiste aux européennes, dans sa diversité, les mobilisations citoyennes en faveur de la santé publique, pour une meilleure qualité de l’air ou contre l’usage de pesticides, les combats pour la justice climatique et les fortes mobilisations de la jeunesse, la défense de la condition animale, le refus des projets coûteux et inutiles comme le GCO, le développement des Zad, mais aussi les mobilisations syndicales en faveur des services publics, les mobilisations populaires comme celle des gilets jaunes, ou citoyennes aux côtés des migrants ou contre les réformes de l’éducation de la maternelle à l’Université, attestent de l’urgence qu’il y a, à faire émerger l’écologie sociale et populaire sur le terrain politique .</p>
<p>Nous nous réjouissons du succès de l’écologie sur le terrain électoral. Mais nous savons aussi d’expérience que cette poussée reste fragile et qu’il faut transformer l’essai.</p>
<p>Nous n’avons pas d’autre choix : l’écologie doit marcher sur ses deux jambes si nous voulons <strong>bâtir une alternative citoyenne, culturelle et populaire au néo-libéralisme</strong>.</p>
<p>A Strasbourg comme ailleurs, le temps n’est ni aux alliances de circonstance, ni à la quête d’une illusoire hégémonie d’un parti, quelle qu’il soit. L’heure est à la mobilisation large de celles et ceux qui veulent inverser le cours des choses. Travaillons à l’émergence d’une dynamique locale au service de la justice sociale, de la planète, et d’un mieux vivre ensemble.</p>
<p>Nous sommes convaincu.e.s que <strong>c’est au niveau local que tout se joue</strong>.</p>
<p>C’est au niveau local que nous pouvons rassembler et mobiliser au plus près des aspirations de chacun·e.</p>
<p>C’est au niveau local que nous pouvons, rompre avec les logiques économiques et industrielles qui nous poussent vers le désastre climatique.</p>
<p>C’est au niveau local que nous pouvons construire de nouvelles solidarités dans une ville égalitaire, inclusive et plus humaine.</p>
<p>Femmes et hommes de bonne volonté, citoyen·ne·s engagé·e·s ou concerné·e·s, militant·e·s du quotidien, écologistes de longue date ou de fraîche extraction, militant·e·s politiques, syndicales.aux ou associatif·ve·s, nous appelons toutes celles et tous ceux qui partagent ces constats et ces envies à :</p>
<p>• se retrouver afin d’échanger sur ce qui nous rassemble plus que sur ce qui nous sépare<br />
• travailler à l’élaboration d’un projet municipal et métropolitain pour l’avenir<br />
• préparer <strong>une alternative citoyenne, écologiste, sociale et populaire pour les élections municipales de mars 2020</strong></p>
<p>Ensemble construisons l’Ecométropole de Strasbourg.</p>
<p><strong><em>Premières signatures :</em></strong> Nadia Annebi Gautelier, direction administrative ; Anne-Véronique Auzet, professeure de géographie à l’Université ; Sébatien Baguerey, consultant relations publiques ; Mathieu Béchu Diaz, enseignant en collège et juriste ; Christian Bonardi, retraité, Véronique Brom, enseignante en histoire des institutions européennes ; Marguerite Fay, entrepreneur/ingénieur informatique ; Alexandre Feltz, maire adjoint et médecin généraliste ; Marie Hoffsess, journaliste et naturopathe ; Luc Huet, entrepreneur/ingénieur informatique ; Yovan Iñiguez del <span class="_5yl5">Río</span> ; Colin Jude, étudiant ; Galatea Knobel, artiste et guide interprète ; Mathieu Kroon-Gutiérrrez, doctorant en histoire et science-politique ; Sébastien Mas, militant associatif et formateur en français ; Josiane Nervi-Gasparini, retraitée de l&rsquo;enseignement supérieur ; Nathalie Palmier, commerciale ; Alfred Ruiz, retraité ; Moetez Saadani, étudiant ; Eric Schultz, maire adjoint et libraire ; Nino Toussaint, étudiant</p>
<p style="text-align: right;">Pour nous contacter : <a href="mailto:ecolopop@protonmail.com">ecolopop@protonmail.com</a></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://www.ericschultz.fr/strasbourg-ecometropole-un-projet-ecologiste-social-et-populaire/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => A Strasbourg comme ailleurs les résultats des élections européennes interpellent. Les élections du 26 mai ont ouvert de nouvelles possibilités que nous devons saisir pour offrir une alternative au face-à face qui oppose l’ultra-libéralisme à l’extrême-droite. Le vote écologiste aux européennes, dans sa diversité, les mobilisations citoyennes en faveur de la santé publique, pour une [&#038;hellip
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p>A Strasbourg comme ailleurs les résultats des élections européennes interpellent.</p>
<p>Les élections du 26 mai ont ouvert de nouvelles possibilités que nous devons saisir pour <strong>offrir une alternative au face-à face qui oppose l’ultra-libéralisme à l’extrême-droite.</strong></p>
<p>Le vote écologiste aux européennes, dans sa diversité, les mobilisations citoyennes en faveur de la santé publique, pour une meilleure qualité de l’air ou contre l’usage de pesticides, les combats pour la justice climatique et les fortes mobilisations de la jeunesse, la défense de la condition animale, le refus des projets coûteux et inutiles comme le GCO, le développement des Zad, mais aussi les mobilisations syndicales en faveur des services publics, les mobilisations populaires comme celle des gilets jaunes, ou citoyennes aux côtés des migrants ou contre les réformes de l’éducation de la maternelle à l’Université, attestent de l’urgence qu’il y a, à faire émerger l’écologie sociale et populaire sur le terrain politique .</p>
<p>Nous nous réjouissons du succès de l’écologie sur le terrain électoral. Mais nous savons aussi d’expérience que cette poussée reste fragile et qu’il faut transformer l’essai.</p>
<p>Nous n’avons pas d’autre choix : l’écologie doit marcher sur ses deux jambes si nous voulons <strong>bâtir une alternative citoyenne, culturelle et populaire au néo-libéralisme</strong>.</p>
<p>A Strasbourg comme ailleurs, le temps n’est ni aux alliances de circonstance, ni à la quête d’une illusoire hégémonie d’un parti, quelle qu’il soit. L’heure est à la mobilisation large de celles et ceux qui veulent inverser le cours des choses. Travaillons à l’émergence d’une dynamique locale au service de la justice sociale, de la planète, et d’un mieux vivre ensemble.</p>
<p>Nous sommes convaincu.e.s que <strong>c’est au niveau local que tout se joue</strong>.</p>
<p>C’est au niveau local que nous pouvons rassembler et mobiliser au plus près des aspirations de chacun·e.</p>
<p>C’est au niveau local que nous pouvons, rompre avec les logiques économiques et industrielles qui nous poussent vers le désastre climatique.</p>
<p>C’est au niveau local que nous pouvons construire de nouvelles solidarités dans une ville égalitaire, inclusive et plus humaine.</p>
<p>Femmes et hommes de bonne volonté, citoyen·ne·s engagé·e·s ou concerné·e·s, militant·e·s du quotidien, écologistes de longue date ou de fraîche extraction, militant·e·s politiques, syndicales.aux ou associatif·ve·s, nous appelons toutes celles et tous ceux qui partagent ces constats et ces envies à :</p>
<p>• se retrouver afin d’échanger sur ce qui nous rassemble plus que sur ce qui nous sépare<br />
• travailler à l’élaboration d’un projet municipal et métropolitain pour l’avenir<br />
• préparer <strong>une alternative citoyenne, écologiste, sociale et populaire pour les élections municipales de mars 2020</strong></p>
<p>Ensemble construisons l’Ecométropole de Strasbourg.</p>
<p><strong><em>Premières signatures :</em></strong> Nadia Annebi Gautelier, direction administrative ; Anne-Véronique Auzet, professeure de géographie à l’Université ; Sébatien Baguerey, consultant relations publiques ; Mathieu Béchu Diaz, enseignant en collège et juriste ; Christian Bonardi, retraité, Véronique Brom, enseignante en histoire des institutions européennes ; Marguerite Fay, entrepreneur/ingénieur informatique ; Alexandre Feltz, maire adjoint et médecin généraliste ; Marie Hoffsess, journaliste et naturopathe ; Luc Huet, entrepreneur/ingénieur informatique ; Yovan Iñiguez del <span class="_5yl5">Río</span> ; Colin Jude, étudiant ; Galatea Knobel, artiste et guide interprète ; Mathieu Kroon-Gutiérrrez, doctorant en histoire et science-politique ; Sébastien Mas, militant associatif et formateur en français ; Josiane Nervi-Gasparini, retraitée de l&rsquo;enseignement supérieur ; Nathalie Palmier, commerciale ; Alfred Ruiz, retraité ; Moetez Saadani, étudiant ; Eric Schultz, maire adjoint et libraire ; Nino Toussaint, étudiant</p>
<p style="text-align: right;">Pour nous contacter : <a href="mailto:ecolopop@protonmail.com">ecolopop@protonmail.com</a></p>

                    [category@term] => Non classé
                    [category#2@term] => 2020
                    [category#3@term] => Ecologie
                    [category#4@term] => Ecologie Populaire
                    [category#5@term] => Ecometropole
                    [category#6@term] => elections municipales
                    [category#7@term] => eurometropole
                    [category#8@term] => Justice sociale
                    [category#9@term] => Strasbourg
                    [category#10@term] => une
                    [date_timestamp] => 1560580069
                )

            [4] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => #Europe #France #Strasbourg : Notes pour demain
                    [link#] => 1
                    [link] => http://www.ericschultz.fr/europe-france-strasbourg-notes-pour-demain/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://www.ericschultz.fr/europe-france-strasbourg-notes-pour-demain/#comments
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 27 May 2019 15:11:03 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Eric Schultz
                            [subject#] => 10
                            [subject] => Démocratie
                            [subject#2] => Elections
                            [subject#3] => Europe
                            [subject#4] => Non classé
                            [subject#5] => Strasbourg
                            [subject#6] => Tribune
                            [subject#7] => elections européennes
                            [subject#8] => elections municipales
                            [subject#9] => France
                            [subject#10] => une
                        )

                    [category#] => 10
                    [category] => Démocratie
                    [category#2] => Elections
                    [category#3] => Europe
                    [category#4] => Non classé
                    [category#5] => Strasbourg
                    [category#6] => Tribune
                    [category#7] => elections européennes
                    [category#8] => elections municipales
                    [category#9] => France
                    [category#10] => une
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://www.ericschultz.fr/?p=1166
                    [description#] => 1
                    [description] => Il est toujours délicat de se lancer dans une analyse « à chaud » d’un scrutin comme ces européennes 2019, et ce d’autant plus que les cadres d’analyse politiques traditionnels sont en recomposition depuis plus d’une dizaine d’années maintenant en France comme en Europe, mais aussi dans notre belle ville de Strasbourg. C’est pourtant un [&#038;hellip
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="js_z9" class="_5pbx userContent _3576" data-testid="post_message" data-ft="{&quot;tn&quot;:&quot;K&quot;}">
<p>Il est toujours délicat de se lancer dans une analyse « à chaud » d’un scrutin comme ces européennes 2019, et ce d’autant plus que les cadres d’analyse politiques traditionnels sont en recomposition depuis plus d’une dizaine d’années maintenant en France comme en Europe, mais aussi dans notre belle ville de Strasbourg.</p>
<p>C’est pourtant un exercice nécessaire pour qui veut comprendre un monde qui va vite, refuse de se résigner à « l’horizon indépassable du libéral<span class="text_exposed_show">isme économique », et appelle de ses vœux l’émergence d’une force politique qui saurait rassembler autour d’un projet ambitieux qui sache répondre à l’urgence écologiste et aux crises démocratique et sociale, ce qui est mon cas.</span></p>
<div class="text_exposed_show">
<p>Quels sont dès lors les principaux éléments à retenir du scrutin européen d’hier ? Mon analyse en trois temps &#8230;</p>
</div>
<h3>1. Au niveau européen, quoi de neuf sous le soleil vert ?</h3>
<p>- la participation électorale est d’un bon niveau le « désamour » à l’égard de l’Europe n’est pas avéré dans de nombreux Etats membres. Cette hausse de participation semble même due à un sursaut d’un électorat écologiste et de gauche qui refuse de sacrifier le projet européen malgré ses dérives libérales annoncées.</p>
<div class="text_exposed_show">
<p>- le raz de marée nationaliste n’a pas eu lieu bien qu’ils progressent dans certains Etats membres (notamment en Italie) et que le PPE compte en son sein des élu.es dont le profil relève plus de l’extrême-droite que de la démocratie-chrétienne, ce n’est pas en scoop (notamment en Hongrie et en Pologne).</p>
<p>- « l’arc majoritaire européen » historiquement structuré autour d’une alliance entre le PPE (libérax conservateurs) et le PSE (sociaux-libéraux) est certes fragilisé mais nullement remis en cause. Au vu des résultats connus à ce jour, cette coalition pourrait s’élargir aux libéraux de l’ALDE (libéraux pur sucre), ce qui n’est pas franchement une bonne nouvelle, ni en matière économique et sociale, ni dans la gouvernance ordinaire du PE, ni, enfin et surtout&#8230; pour le profil de la future commission européenne</p>
<p>- le vote écologiste progresse dans l’électorat, ce qui est très positif, mais les 70 élu.es du groupe Vert ne sont pas franchement en mesure de bousculer la donne, même si je ne doute pas un instant de leur capacité à faire bouger les lignes sur les grands dossiers environnementaux. Ils l’ont prouvé par le passé et il n’y a aucune raison que cela change. Espérons que les sirènes libérales ne les entraînent pas dans des alliances contre-nature&#8230;</p>
<p>- la gauche de la GUE est aujourd’hui en miettes du fait des divisions nationales et transnationales. Cela ne présage rien de bon en matière sociale mais devrait interpeller les acteurs de cette division et les amener à se remettre un peu en question… A voir même si la GUE survivra à ce massacre pourtant annoncé…</p>
<p>A suivre de très près donc, les recompositions des groupes politiques au PE, et surtout l’élection de la future commission européenne qui donnera le ton des combats écologistes et sociaux à mener dans les années à venir. En Europe on ne lâche rien, mais les cinq années à venir devront être mises à profit d’un aggiornamento global si l’on veut un jour reprendre la main sur ces institutions et envisager des jours heureux…</p>
</div>
<div id="js_12" class="_5pbx userContent _3576" data-testid="post_message" data-ft="{&quot;tn&quot;:&quot;K&quot;}">
<h3>2. En France le chamboule-tout inauguré en 2017 continue…</h3>
<p>Pour se concentrer sur l’essentiel, plusieurs éléments à retenir :</p>
<p>- le taux de participation exceptionnel pour une élection européenne de près de 50 % vient déjouer tous les pronostics et c’est une belle surprise. Même si il ne doit pas nous faire oublier qu’un électeur sur deux n’a pas fait le déplacement (ce qui reste préoccupant) et même si, et c’est important, nous devons avoir en tête que si cette hausse de participation a globalement profité aux « pro-européens » comme ailleurs en Europe, tous les candidats, y compris les moins fréquentables, ont vu leur nombre d’électeurs progresser&#8230;</p>
<p>- le score des écologistes est évidemment à saluer et je m’en réjouis. Comme tous les dix ans depuis 1979 ils font une percée en voix et en score et retrouvent la 3e place sur les marches du podium électoral, comme en 2009. Comme en 1989 et 2009 le contexte global montre clairement où se situent les attentes d’un électorat de gauche inquiet pour la survie de la planète. Mais contrairement à 1989 et 2009, et parce que les mêmes causes produisent souvent les mêmes effets, ils devront être vigilants, et sans bouder leur plaisir légitime au vu de ce résultat, ne pas céder aux sirènes de la « croissance verte », ni à la tentation de l’hégémonie par l’autonomie, mais bien participer à une recomposition de fond pour faire enfin émerger une alternative écologiste ET sociale dans ce pays&#8230;</p>
<p>- la recomposition du paysage politique national se poursuit dans la lignée du chamboule-tout inauguré en 2017. LR et le PS (malgré son faux nez) sont relégués aux marges, LaRem occupe la place laissée vacante au centre par les libéraux-conservateurs et les sociaux libéraux… Bref, rien de neuf sous le soleil si ce n’est que le haut niveau du parti présidentiel (mâtiné du renforts de transfuges d’EELV) doit interpeller à gauche, notamment sur la nécessité de dépassement des égoïsmes partisans et du tout à l’ego pour construire ensemble une alternative susceptible de desserrer l’étau dans lequel nous sommes pris. Une petite touche d’optimisme ? LaRem reste un colosse aux pieds d’argile qui ne dépasse pas son score du 1er tour de la présidentielle et profite surtout de l’absence de projet mobilisateur à gauche… comme du ralliement in extremis d’ex EELV sous la houlette de DCB&#8230;</p>
<p>- l’extrême droite confirme sa première place aux européennes, comme en 2014, ce qui est d’autant plus inquiétant que la participation électorale est plus élevée qu’il y a 5 ans. Il s’agit donc bien d’un enracinement durable et en progrès qui doit nous interpeller à tous les niveaux. Les ingrédients de ce résultat (crise sociale, mépris démocratique et trop peu de prise en compte des dimensions sociales de la transition écologique…) sont toujours sur la table et ce n’est pas le parti de gouvernement actuel (qui se satisfait fort bien de ce face à face mortifère qui lui garantit une majorité relative) qui dira le contraire&#8230;</p>
<p>- à « gauche », enfin, deux éléments saillants : le score décevant de la FI (qui maintient cependant son niveau de 2014 et en voix progresse un peu) mais la satisfaction (peut être un peu mesquine) de les voir devant l’alliance PS/PP et surtout de voir des personnes de qualité comme Manon Aubry entrer au Parlement européen. A titre personnel, je reste fier d’avoir contribué à cela… Ce résultat interpelle malgré tout sur le fait que personne décidément ne peut aujourd’hui prétendre à l’hégémonie à gauche, même si certains ont une longueur d’avance certaine sur la proposition d’une alternative programmatique bien construite. FI reste pour l’électeur très identifiée à gauche en dépit de la qualité écologiste de son programme. Ce n’est pas un tort, loin de là, mais un point d’attention non négligeable pour demain&#8230;</p>
<p>- à « gauche » toujours, je retiendrais surtout l’échec lourd de conséquences des vrai-faux porte-parole de la vraie-fausse unité de la sociale écologie dont personne ne sort ni grandi ni vainqueur au final. Qu’il s’agisse du PCF, de PP ou de Génération.s, tous nous ont vendu un discours sur l’unité derrière leur seul étendard pensant éliminer la concurrence et sortir seuls du chapeau électoral… C’est un échec. PP n’aura réussi qu’à maintenir le PS sous respiration artificielle (et je ne suis pas certain qu’il faille s’en réjouir), le PC et Génération.s n’auront réussi, eux, qu’à se neutraliser mutuellement et à affaiblir mécaniquement une dynamique à gauche qui aurait pu se construire autrement et avec d’autres. C’est mortel car cela laisse la part belle aux libéraux en Europe et à LaRem par chez nous et retarde d’autant l’émergence d’une alternative écologiste et sociale crédible. Il va falloir que certains s’interrogent sur leurs responsabilités comme sur les solutions qu’ils comptent apporter à l’avenir sans reproduire à l’infini la tragi-comédie de l’unité impossible !</p>
<p>La route reste longue donc, mais rien n’est impossible et le mouvement de fond qui s’est engagé en 2017 semble bien être amené à se poursuivre et à s’amplifier. Nous tournons enfin la page des années Mitterrand et de l’Union de la Gauche pour entrer enfin dans le XXIe siècle politique :</p>
<p>Malgré quelques soubresauts le parti socialiste est à l’agonie et aura réussi à se couper définitivement de traditionnel de classes moyennes et classes populaires. La voie est libre pour que les écologistes (si ils sont malins) puissent occuper durablement cet espace de centre gauche comme en Allemagne.</p>
<p>Reste (et ce n’est pas une mince affaire j’en conviens) à concrétiser et à agréger « à gauche » de rassemblement de l’ensemble des tenants d’une véritable écologie sociale et populaire dont personne ne peut aujourd’hui réclamer à lui seul l’exclusive, je le crains. Là aussi il faudra être malins et unitaires pour deux&#8230;</p>
<p>Ce mouvement de fond qui voit aujourd’hui EELV occuper à gauche un espace plutôt « réformiste » et FI une place centrale dans un espace plutôt « radical » me parait bien engagé et laisse au final entrevoir des possibles encourageants à condition de savoir se retrousser les manches et de ne pas se tromper d’adversaires.</p>
</div>
<h3 class="_3x-2" data-ft="{&quot;tn&quot;:&quot;H&quot;}"><span data-offset-key="246s4-0-0"><span data-text="true">3. Et à Strasbourg, mon amour ? Vivement demain !</span></span></h3>
<p>A Strasbourg, chacun en conviendra la situation est particulière, complexe et mérite d’être un peu analysée dans le détail.</p>
<p>Certes, LaRem arrive largement en tête (27,75 %), suivie d’Eelv (20,68 %) puis du RN (12,77%), du PS/PP (7,7%), de LR (7,29%) et de FI (6,89%) pour ne retenir que les listes qui passent les 5 % de suffrages exprimés…</p>
<p>Par ailleurs, si l’on compare ce qui est comparable (un scrutin européen avec un autre), on obtient en voix les résultats suivants : LR perd 6000 voix entre 2014 et 2019, le PS 8000, l’Udi 6000, alors que le RN reste relativement stable (+ 200 voix), que FI progresse malgré la présence du Pcf (+2000 voix auxquelles on pourrait ajouter les 1048 voix rassemblées par Ian Brossat) et que les écologistes doublent presque leur score (+7000 voix)</p>
<p>Que retenir de cela ?</p>
<p>- si il est incontestable que LaRem confirme son ancrage à Strasbourg et s’enracine au centre en réussissant à rafler la mise aussi bien auprès d’un électorat traditionnellement ancré au centre-droit (à la Robertsau) ou au centre gauche (au centre ville et alentours), une analyse rapide laisse entrevoir que ce bon résultat est dû pour l’essentiel (aux 2/3 au moins) à une forte mobilisation de l’électorat de centre-droit (Udi-Agir-Modem) en faveur de Nathalie Loiseau et dans une moindre mesure du centre gauche (ex-Ps) ou d’un électorat macroniste pur jus résiduel. C’est à retenir pour l’avenir… rien n’est joué et beaucoup est entre les mains de la droite centriste n’en déplaise aux transfuges de la gauche sociale libérale&#8230;</p>
<p>- comme en 2009 où Eelv tutoyait déjà les 20 % à Strasbourg sous la houlette de Sandrine Bélier, le bon résultat des écologistes semble quant à lui dû à une forte mobilisation d’un électorat de centre gauche en désamour du Ps, électorat que la présence de Raphaël Glucksmann n’aura pas réussi à remobiliser. Savoir si cet électorat sera fidèle aux écologistes dans les années à venir est au mieux une gageure… et un défi à relever&#8230;</p>
<p>- à souligner aussi, le résultat de Manon Aubry, qui, bien que moins élevé qu’espéré révèle une progression significative en nombre de voix que nul ne saurait balayer d’un trait de plume. Il montre aussi qu’au-delà du match annoncé entre le centre droit de LaRem et le rassemblement d’une écologie de centre-gauche, une autre voie est possible, nécessaire même, si l’on veut éviter à Strasbourg la chronique d’une débâcle annoncée…</p>
<p>- enfin, <em>pour finir par une note optimiste qui n’est pas que pure fiction, chacun aura remarqué qu’en nombre de voix à Strasbourg, Eelv et Fi font quasiment jeu égal avec LaRem à ces européennes et que si l’on y ajoute les voix de Génération.s et du Pcf, le résultat obtenu est plus élevé que celui obtenu par la liste socialiste au premier tour de l’élection municipale de mars 2014</em>…</p>
<p>Je dis ça je ne dis rien, mais je pose ça là pour demain. Chacun en tirera les conclusions qu’il voudra…</p>
<p>La majorité municipale strasbourgeoise a éclaté en 2017, et même si nous sommes quelques un.es à ne pas avoir renoncé, force est de constater que la réalisation à marche forcée du Gco, la mise en place d’un arrêté anti-mendicité au centre ville ou le traitement indigne des personnes qui vivent aujourd’hui à la rue sont très éloignées de nos valeur et des attentes qui se sont exprimées hier dans l’électorat strasbourgeois</p>
<p>Dans une situation de crise sociale profonde et de prise de conscience sans précédent des enjeux de l’urgence écologique il va bien falloir redoubler d’énergie et faire preuve d’abnégation pour proposer une alternative citoyenne écologiste et sociale crédible à Strasbourg.</p>
<p>Me concernant ma religion est faite et l’horizon qui se dessine suffisamment désirable pour me motiver…</p>
<p><a class="_58cn" href="https://www.facebook.com/hashtag/chiche?source=feed_text&amp;epa=HASHTAG" data-ft="{&quot;type&quot;:104,&quot;tn&quot;:&quot;*N&quot;}"><span class="_5afx"><span class="_58cl _5afz">#</span><span class="_58cm">Chiche</span></span></a> ?<br />
<a class="_58cn" href="https://www.facebook.com/hashtag/vivementdemain?source=feed_text&amp;epa=HASHTAG" data-ft="{&quot;type&quot;:104,&quot;tn&quot;:&quot;*N&quot;}"><span class="_5afx"><span class="_58cl _5afz">#</span><span class="_58cm">VivementDemain</span></span></a> !</p>
<p style="text-align: right;">Strasbourg, le 27 mai 2019</p>
</div>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://www.ericschultz.fr/europe-france-strasbourg-notes-pour-demain/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Il est toujours délicat de se lancer dans une analyse « à chaud » d’un scrutin comme ces européennes 2019, et ce d’autant plus que les cadres d’analyse politiques traditionnels sont en recomposition depuis plus d’une dizaine d’années maintenant en France comme en Europe, mais aussi dans notre belle ville de Strasbourg. C’est pourtant un [&#038;hellip
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="js_z9" class="_5pbx userContent _3576" data-testid="post_message" data-ft="{&quot;tn&quot;:&quot;K&quot;}">
<p>Il est toujours délicat de se lancer dans une analyse « à chaud » d’un scrutin comme ces européennes 2019, et ce d’autant plus que les cadres d’analyse politiques traditionnels sont en recomposition depuis plus d’une dizaine d’années maintenant en France comme en Europe, mais aussi dans notre belle ville de Strasbourg.</p>
<p>C’est pourtant un exercice nécessaire pour qui veut comprendre un monde qui va vite, refuse de se résigner à « l’horizon indépassable du libéral<span class="text_exposed_show">isme économique », et appelle de ses vœux l’émergence d’une force politique qui saurait rassembler autour d’un projet ambitieux qui sache répondre à l’urgence écologiste et aux crises démocratique et sociale, ce qui est mon cas.</span></p>
<div class="text_exposed_show">
<p>Quels sont dès lors les principaux éléments à retenir du scrutin européen d’hier ? Mon analyse en trois temps &#8230;</p>
</div>
<h3>1. Au niveau européen, quoi de neuf sous le soleil vert ?</h3>
<p>- la participation électorale est d’un bon niveau le « désamour » à l’égard de l’Europe n’est pas avéré dans de nombreux Etats membres. Cette hausse de participation semble même due à un sursaut d’un électorat écologiste et de gauche qui refuse de sacrifier le projet européen malgré ses dérives libérales annoncées.</p>
<div class="text_exposed_show">
<p>- le raz de marée nationaliste n’a pas eu lieu bien qu’ils progressent dans certains Etats membres (notamment en Italie) et que le PPE compte en son sein des élu.es dont le profil relève plus de l’extrême-droite que de la démocratie-chrétienne, ce n’est pas en scoop (notamment en Hongrie et en Pologne).</p>
<p>- « l’arc majoritaire européen » historiquement structuré autour d’une alliance entre le PPE (libérax conservateurs) et le PSE (sociaux-libéraux) est certes fragilisé mais nullement remis en cause. Au vu des résultats connus à ce jour, cette coalition pourrait s’élargir aux libéraux de l’ALDE (libéraux pur sucre), ce qui n’est pas franchement une bonne nouvelle, ni en matière économique et sociale, ni dans la gouvernance ordinaire du PE, ni, enfin et surtout&#8230; pour le profil de la future commission européenne</p>
<p>- le vote écologiste progresse dans l’électorat, ce qui est très positif, mais les 70 élu.es du groupe Vert ne sont pas franchement en mesure de bousculer la donne, même si je ne doute pas un instant de leur capacité à faire bouger les lignes sur les grands dossiers environnementaux. Ils l’ont prouvé par le passé et il n’y a aucune raison que cela change. Espérons que les sirènes libérales ne les entraînent pas dans des alliances contre-nature&#8230;</p>
<p>- la gauche de la GUE est aujourd’hui en miettes du fait des divisions nationales et transnationales. Cela ne présage rien de bon en matière sociale mais devrait interpeller les acteurs de cette division et les amener à se remettre un peu en question… A voir même si la GUE survivra à ce massacre pourtant annoncé…</p>
<p>A suivre de très près donc, les recompositions des groupes politiques au PE, et surtout l’élection de la future commission européenne qui donnera le ton des combats écologistes et sociaux à mener dans les années à venir. En Europe on ne lâche rien, mais les cinq années à venir devront être mises à profit d’un aggiornamento global si l’on veut un jour reprendre la main sur ces institutions et envisager des jours heureux…</p>
</div>
<div id="js_12" class="_5pbx userContent _3576" data-testid="post_message" data-ft="{&quot;tn&quot;:&quot;K&quot;}">
<h3>2. En France le chamboule-tout inauguré en 2017 continue…</h3>
<p>Pour se concentrer sur l’essentiel, plusieurs éléments à retenir :</p>
<p>- le taux de participation exceptionnel pour une élection européenne de près de 50 % vient déjouer tous les pronostics et c’est une belle surprise. Même si il ne doit pas nous faire oublier qu’un électeur sur deux n’a pas fait le déplacement (ce qui reste préoccupant) et même si, et c’est important, nous devons avoir en tête que si cette hausse de participation a globalement profité aux « pro-européens » comme ailleurs en Europe, tous les candidats, y compris les moins fréquentables, ont vu leur nombre d’électeurs progresser&#8230;</p>
<p>- le score des écologistes est évidemment à saluer et je m’en réjouis. Comme tous les dix ans depuis 1979 ils font une percée en voix et en score et retrouvent la 3e place sur les marches du podium électoral, comme en 2009. Comme en 1989 et 2009 le contexte global montre clairement où se situent les attentes d’un électorat de gauche inquiet pour la survie de la planète. Mais contrairement à 1989 et 2009, et parce que les mêmes causes produisent souvent les mêmes effets, ils devront être vigilants, et sans bouder leur plaisir légitime au vu de ce résultat, ne pas céder aux sirènes de la « croissance verte », ni à la tentation de l’hégémonie par l’autonomie, mais bien participer à une recomposition de fond pour faire enfin émerger une alternative écologiste ET sociale dans ce pays&#8230;</p>
<p>- la recomposition du paysage politique national se poursuit dans la lignée du chamboule-tout inauguré en 2017. LR et le PS (malgré son faux nez) sont relégués aux marges, LaRem occupe la place laissée vacante au centre par les libéraux-conservateurs et les sociaux libéraux… Bref, rien de neuf sous le soleil si ce n’est que le haut niveau du parti présidentiel (mâtiné du renforts de transfuges d’EELV) doit interpeller à gauche, notamment sur la nécessité de dépassement des égoïsmes partisans et du tout à l’ego pour construire ensemble une alternative susceptible de desserrer l’étau dans lequel nous sommes pris. Une petite touche d’optimisme ? LaRem reste un colosse aux pieds d’argile qui ne dépasse pas son score du 1er tour de la présidentielle et profite surtout de l’absence de projet mobilisateur à gauche… comme du ralliement in extremis d’ex EELV sous la houlette de DCB&#8230;</p>
<p>- l’extrême droite confirme sa première place aux européennes, comme en 2014, ce qui est d’autant plus inquiétant que la participation électorale est plus élevée qu’il y a 5 ans. Il s’agit donc bien d’un enracinement durable et en progrès qui doit nous interpeller à tous les niveaux. Les ingrédients de ce résultat (crise sociale, mépris démocratique et trop peu de prise en compte des dimensions sociales de la transition écologique…) sont toujours sur la table et ce n’est pas le parti de gouvernement actuel (qui se satisfait fort bien de ce face à face mortifère qui lui garantit une majorité relative) qui dira le contraire&#8230;</p>
<p>- à « gauche », enfin, deux éléments saillants : le score décevant de la FI (qui maintient cependant son niveau de 2014 et en voix progresse un peu) mais la satisfaction (peut être un peu mesquine) de les voir devant l’alliance PS/PP et surtout de voir des personnes de qualité comme Manon Aubry entrer au Parlement européen. A titre personnel, je reste fier d’avoir contribué à cela… Ce résultat interpelle malgré tout sur le fait que personne décidément ne peut aujourd’hui prétendre à l’hégémonie à gauche, même si certains ont une longueur d’avance certaine sur la proposition d’une alternative programmatique bien construite. FI reste pour l’électeur très identifiée à gauche en dépit de la qualité écologiste de son programme. Ce n’est pas un tort, loin de là, mais un point d’attention non négligeable pour demain&#8230;</p>
<p>- à « gauche » toujours, je retiendrais surtout l’échec lourd de conséquences des vrai-faux porte-parole de la vraie-fausse unité de la sociale écologie dont personne ne sort ni grandi ni vainqueur au final. Qu’il s’agisse du PCF, de PP ou de Génération.s, tous nous ont vendu un discours sur l’unité derrière leur seul étendard pensant éliminer la concurrence et sortir seuls du chapeau électoral… C’est un échec. PP n’aura réussi qu’à maintenir le PS sous respiration artificielle (et je ne suis pas certain qu’il faille s’en réjouir), le PC et Génération.s n’auront réussi, eux, qu’à se neutraliser mutuellement et à affaiblir mécaniquement une dynamique à gauche qui aurait pu se construire autrement et avec d’autres. C’est mortel car cela laisse la part belle aux libéraux en Europe et à LaRem par chez nous et retarde d’autant l’émergence d’une alternative écologiste et sociale crédible. Il va falloir que certains s’interrogent sur leurs responsabilités comme sur les solutions qu’ils comptent apporter à l’avenir sans reproduire à l’infini la tragi-comédie de l’unité impossible !</p>
<p>La route reste longue donc, mais rien n’est impossible et le mouvement de fond qui s’est engagé en 2017 semble bien être amené à se poursuivre et à s’amplifier. Nous tournons enfin la page des années Mitterrand et de l’Union de la Gauche pour entrer enfin dans le XXIe siècle politique :</p>
<p>Malgré quelques soubresauts le parti socialiste est à l’agonie et aura réussi à se couper définitivement de traditionnel de classes moyennes et classes populaires. La voie est libre pour que les écologistes (si ils sont malins) puissent occuper durablement cet espace de centre gauche comme en Allemagne.</p>
<p>Reste (et ce n’est pas une mince affaire j’en conviens) à concrétiser et à agréger « à gauche » de rassemblement de l’ensemble des tenants d’une véritable écologie sociale et populaire dont personne ne peut aujourd’hui réclamer à lui seul l’exclusive, je le crains. Là aussi il faudra être malins et unitaires pour deux&#8230;</p>
<p>Ce mouvement de fond qui voit aujourd’hui EELV occuper à gauche un espace plutôt « réformiste » et FI une place centrale dans un espace plutôt « radical » me parait bien engagé et laisse au final entrevoir des possibles encourageants à condition de savoir se retrousser les manches et de ne pas se tromper d’adversaires.</p>
</div>
<h3 class="_3x-2" data-ft="{&quot;tn&quot;:&quot;H&quot;}"><span data-offset-key="246s4-0-0"><span data-text="true">3. Et à Strasbourg, mon amour ? Vivement demain !</span></span></h3>
<p>A Strasbourg, chacun en conviendra la situation est particulière, complexe et mérite d’être un peu analysée dans le détail.</p>
<p>Certes, LaRem arrive largement en tête (27,75 %), suivie d’Eelv (20,68 %) puis du RN (12,77%), du PS/PP (7,7%), de LR (7,29%) et de FI (6,89%) pour ne retenir que les listes qui passent les 5 % de suffrages exprimés…</p>
<p>Par ailleurs, si l’on compare ce qui est comparable (un scrutin européen avec un autre), on obtient en voix les résultats suivants : LR perd 6000 voix entre 2014 et 2019, le PS 8000, l’Udi 6000, alors que le RN reste relativement stable (+ 200 voix), que FI progresse malgré la présence du Pcf (+2000 voix auxquelles on pourrait ajouter les 1048 voix rassemblées par Ian Brossat) et que les écologistes doublent presque leur score (+7000 voix)</p>
<p>Que retenir de cela ?</p>
<p>- si il est incontestable que LaRem confirme son ancrage à Strasbourg et s’enracine au centre en réussissant à rafler la mise aussi bien auprès d’un électorat traditionnellement ancré au centre-droit (à la Robertsau) ou au centre gauche (au centre ville et alentours), une analyse rapide laisse entrevoir que ce bon résultat est dû pour l’essentiel (aux 2/3 au moins) à une forte mobilisation de l’électorat de centre-droit (Udi-Agir-Modem) en faveur de Nathalie Loiseau et dans une moindre mesure du centre gauche (ex-Ps) ou d’un électorat macroniste pur jus résiduel. C’est à retenir pour l’avenir… rien n’est joué et beaucoup est entre les mains de la droite centriste n’en déplaise aux transfuges de la gauche sociale libérale&#8230;</p>
<p>- comme en 2009 où Eelv tutoyait déjà les 20 % à Strasbourg sous la houlette de Sandrine Bélier, le bon résultat des écologistes semble quant à lui dû à une forte mobilisation d’un électorat de centre gauche en désamour du Ps, électorat que la présence de Raphaël Glucksmann n’aura pas réussi à remobiliser. Savoir si cet électorat sera fidèle aux écologistes dans les années à venir est au mieux une gageure… et un défi à relever&#8230;</p>
<p>- à souligner aussi, le résultat de Manon Aubry, qui, bien que moins élevé qu’espéré révèle une progression significative en nombre de voix que nul ne saurait balayer d’un trait de plume. Il montre aussi qu’au-delà du match annoncé entre le centre droit de LaRem et le rassemblement d’une écologie de centre-gauche, une autre voie est possible, nécessaire même, si l’on veut éviter à Strasbourg la chronique d’une débâcle annoncée…</p>
<p>- enfin, <em>pour finir par une note optimiste qui n’est pas que pure fiction, chacun aura remarqué qu’en nombre de voix à Strasbourg, Eelv et Fi font quasiment jeu égal avec LaRem à ces européennes et que si l’on y ajoute les voix de Génération.s et du Pcf, le résultat obtenu est plus élevé que celui obtenu par la liste socialiste au premier tour de l’élection municipale de mars 2014</em>…</p>
<p>Je dis ça je ne dis rien, mais je pose ça là pour demain. Chacun en tirera les conclusions qu’il voudra…</p>
<p>La majorité municipale strasbourgeoise a éclaté en 2017, et même si nous sommes quelques un.es à ne pas avoir renoncé, force est de constater que la réalisation à marche forcée du Gco, la mise en place d’un arrêté anti-mendicité au centre ville ou le traitement indigne des personnes qui vivent aujourd’hui à la rue sont très éloignées de nos valeur et des attentes qui se sont exprimées hier dans l’électorat strasbourgeois</p>
<p>Dans une situation de crise sociale profonde et de prise de conscience sans précédent des enjeux de l’urgence écologique il va bien falloir redoubler d’énergie et faire preuve d’abnégation pour proposer une alternative citoyenne écologiste et sociale crédible à Strasbourg.</p>
<p>Me concernant ma religion est faite et l’horizon qui se dessine suffisamment désirable pour me motiver…</p>
<p><a class="_58cn" href="https://www.facebook.com/hashtag/chiche?source=feed_text&amp;epa=HASHTAG" data-ft="{&quot;type&quot;:104,&quot;tn&quot;:&quot;*N&quot;}"><span class="_5afx"><span class="_58cl _5afz">#</span><span class="_58cm">Chiche</span></span></a> ?<br />
<a class="_58cn" href="https://www.facebook.com/hashtag/vivementdemain?source=feed_text&amp;epa=HASHTAG" data-ft="{&quot;type&quot;:104,&quot;tn&quot;:&quot;*N&quot;}"><span class="_5afx"><span class="_58cl _5afz">#</span><span class="_58cm">VivementDemain</span></span></a> !</p>
<p style="text-align: right;">Strasbourg, le 27 mai 2019</p>
</div>

                    [category@term] => Démocratie
                    [category#2@term] => Elections
                    [category#3@term] => Europe
                    [category#4@term] => Non classé
                    [category#5@term] => Strasbourg
                    [category#6@term] => Tribune
                    [category#7@term] => elections européennes
                    [category#8@term] => elections municipales
                    [category#9@term] => France
                    [category#10@term] => une
                    [date_timestamp] => 1558969863
                )

            [5] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Monsieur le Prefet, il faut fermer l’Arcadia !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://www.ericschultz.fr/il-faut-fermer-larcadia/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://www.ericschultz.fr/il-faut-fermer-larcadia/#comments
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Fri, 12 Jan 2018 07:10:20 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Eric Schultz
                            [subject#] => 9
                            [subject] => Démocratie
                            [subject#2] => Non classé
                            [subject#3] => Strasbourg
                            [subject#4] => Tribune
                            [subject#5] => arcadia
                            [subject#6] => bastion social
                            [subject#7] => extrême-droite
                            [subject#8] => tribune
                            [subject#9] => une
                        )

                    [category#] => 9
                    [category] => Démocratie
                    [category#2] => Non classé
                    [category#3] => Strasbourg
                    [category#4] => Tribune
                    [category#5] => arcadia
                    [category#6] => bastion social
                    [category#7] => extrême-droite
                    [category#8] => tribune
                    [category#9] => une
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://www.ericschultz.fr/?p=1151
                    [description#] => 1
                    [description] => Le 9 décembre 2017 l’Arcadia, local du réseau identitaire du Bastion « Social » a ouvert ses portes dans le quartier de l’Esplanade à Strasbourg, à proximité des Universités mais aussi de nombreuses écoles et d’autres établissements d’enseignement secondaires provoquant un vif émoi et dans un quartier où le vivre ensemble et la solidarité ont toujours été [&#038;hellip
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p class="western">Le 9 décembre 2017 l’Arcadia, local du réseau identitaire du Bastion « Social » a ouvert ses portes dans le quartier de l’Esplanade à Strasbourg, à proximité des Universités mais aussi de nombreuses écoles et d’autres établissements d’enseignement secondaires provoquant un vif émoi et dans un quartier où le vivre ensemble et la solidarité ont toujours été la règle.</p>
<p class="western">Outre la réservation frauduleuse d’un établissement voisin, au grand dam de son propriétaire, le déploiement du drapeau du parti néonazi grec <i>Aube dorée</i> dans ce local, comme les agressions commises à Strasbourg, et sanctionnées par la justice attestent si il en était besoin des intentions réelles de cet établissement : assurer la propagation des idées de l’ultra-droite à Strasbourg et servir de base arrière à l’organisation d’actions violentes.</p>
<p class="western"><i><b>La solidarité, comme la République libertaire, égalitaire et fraternelle, est une et indivisible.</b></i></p>
<p class="western">Condamnée sans appel par le Maire de Strasbourg, l’idéologie discriminatoire du Bastion « Social » n’est pas la bienvenue dans le quartier de l’Esplanade et n’a pas sa place dans notre Ville. Aucune personne sensée ne peut aujourd’hui admettre que l’on fasse le tri entre les plus fragiles et les plus démunis en raison de leurs origines ou de leurs croyances réelles ou supposées. A Strasbourg comme ailleurs, celles et ceux qui (sur)vivent dans nos rues subissent les mêmes violences et les mêmes souffrances et méritent la même protection.</p>
<p class="western">Les premières initiatives du Bastion Social n’ont pas été bien accueillies dans notre ville. Plus encore, les « collectes » ou « maraudes » organisées fin décembre ont d’avantage suscité le rejet et la peur, aussi bien des personnes (sur)vivant à la rue que des habitants ou des commerçants du quartier. Rien d’étonnant dans une ville solidaire où fleurissent depuis quelques années les actions de solidarité citoyennes et inclusives.</p>
<p class="western">Cette volonté du Bastion « Social » d’instrumentaliser la détresse sociale pour détruire notre cohésion sociale pourrait suffire en soi pour condamner les activités de ce groupuscule.</p>
<p class="western">Mais il y a plus inquiétant en ce début janvier 2018 où L’Arcadia à choisi de nous dévoiler une autre facette de ses activités en invitant ce samedi Gabriele Adinolfi, théoricien du néofascisme italien des Années de Plomb ayant été l’objet d’un mandat d’arrêt international suite à l’attentat de la gare de Bologne qui fit, rappelons le, 85 morts et plus de 200 blessés le 2 août 1980.</p>
<p class="western"><i><b>Il faut fermer l’Arcadia pour la menace qu’il représente à Strasbourg</b></i></p>
<p class="western">Au moment même où la France se rappelle les attentats de <i>Charlie Hebdo</i> et de l’<i>Hyper Cacher</i>, où les mesures de sécurité destinées à limiter le risque terroriste se multiplient et où nous mettons en place des programmes de prévention de la radicalisation violente auprès des jeunes strasbourgeois, cette nouvelle provocation n’est pas admissible et s’inscrit dans une stratégie de tension que personne ne souhaite voir s’installer à Strasbourg. Par rapport à la violence et à l’apologie du terrorisme, il ne saurait y avoir deux poids et deux mesures&#8230;</p>
<p class="western">Un climat de peur, légitime, est en train de s’installer dans le quartier de l’Esplanade et les habitants craignent pour leur sécurité et celle de leurs enfants. Des pétitions circulent pour demander à l’État la fermeture de l’Arcadia. En tant qu’adjoint au Maire de Strasbourg, et au nom du respect de l’ordre public je m’associe à cette demande et demande au Préfet d’ordonner au plus vite la fermeture administrative de cet établissement qui nuit à l’image de la capitale européenne des Droits de l’Homme et au bien être de ses habitants.</p>
<p class="western">

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://www.ericschultz.fr/il-faut-fermer-larcadia/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 1
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Le 9 décembre 2017 l’Arcadia, local du réseau identitaire du Bastion « Social » a ouvert ses portes dans le quartier de l’Esplanade à Strasbourg, à proximité des Universités mais aussi de nombreuses écoles et d’autres établissements d’enseignement secondaires provoquant un vif émoi et dans un quartier où le vivre ensemble et la solidarité ont toujours été [&#038;hellip
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p class="western">Le 9 décembre 2017 l’Arcadia, local du réseau identitaire du Bastion « Social » a ouvert ses portes dans le quartier de l’Esplanade à Strasbourg, à proximité des Universités mais aussi de nombreuses écoles et d’autres établissements d’enseignement secondaires provoquant un vif émoi et dans un quartier où le vivre ensemble et la solidarité ont toujours été la règle.</p>
<p class="western">Outre la réservation frauduleuse d’un établissement voisin, au grand dam de son propriétaire, le déploiement du drapeau du parti néonazi grec <i>Aube dorée</i> dans ce local, comme les agressions commises à Strasbourg, et sanctionnées par la justice attestent si il en était besoin des intentions réelles de cet établissement : assurer la propagation des idées de l’ultra-droite à Strasbourg et servir de base arrière à l’organisation d’actions violentes.</p>
<p class="western"><i><b>La solidarité, comme la République libertaire, égalitaire et fraternelle, est une et indivisible.</b></i></p>
<p class="western">Condamnée sans appel par le Maire de Strasbourg, l’idéologie discriminatoire du Bastion « Social » n’est pas la bienvenue dans le quartier de l’Esplanade et n’a pas sa place dans notre Ville. Aucune personne sensée ne peut aujourd’hui admettre que l’on fasse le tri entre les plus fragiles et les plus démunis en raison de leurs origines ou de leurs croyances réelles ou supposées. A Strasbourg comme ailleurs, celles et ceux qui (sur)vivent dans nos rues subissent les mêmes violences et les mêmes souffrances et méritent la même protection.</p>
<p class="western">Les premières initiatives du Bastion Social n’ont pas été bien accueillies dans notre ville. Plus encore, les « collectes » ou « maraudes » organisées fin décembre ont d’avantage suscité le rejet et la peur, aussi bien des personnes (sur)vivant à la rue que des habitants ou des commerçants du quartier. Rien d’étonnant dans une ville solidaire où fleurissent depuis quelques années les actions de solidarité citoyennes et inclusives.</p>
<p class="western">Cette volonté du Bastion « Social » d’instrumentaliser la détresse sociale pour détruire notre cohésion sociale pourrait suffire en soi pour condamner les activités de ce groupuscule.</p>
<p class="western">Mais il y a plus inquiétant en ce début janvier 2018 où L’Arcadia à choisi de nous dévoiler une autre facette de ses activités en invitant ce samedi Gabriele Adinolfi, théoricien du néofascisme italien des Années de Plomb ayant été l’objet d’un mandat d’arrêt international suite à l’attentat de la gare de Bologne qui fit, rappelons le, 85 morts et plus de 200 blessés le 2 août 1980.</p>
<p class="western"><i><b>Il faut fermer l’Arcadia pour la menace qu’il représente à Strasbourg</b></i></p>
<p class="western">Au moment même où la France se rappelle les attentats de <i>Charlie Hebdo</i> et de l’<i>Hyper Cacher</i>, où les mesures de sécurité destinées à limiter le risque terroriste se multiplient et où nous mettons en place des programmes de prévention de la radicalisation violente auprès des jeunes strasbourgeois, cette nouvelle provocation n’est pas admissible et s’inscrit dans une stratégie de tension que personne ne souhaite voir s’installer à Strasbourg. Par rapport à la violence et à l’apologie du terrorisme, il ne saurait y avoir deux poids et deux mesures&#8230;</p>
<p class="western">Un climat de peur, légitime, est en train de s’installer dans le quartier de l’Esplanade et les habitants craignent pour leur sécurité et celle de leurs enfants. Des pétitions circulent pour demander à l’État la fermeture de l’Arcadia. En tant qu’adjoint au Maire de Strasbourg, et au nom du respect de l’ordre public je m’associe à cette demande et demande au Préfet d’ordonner au plus vite la fermeture administrative de cet établissement qui nuit à l’image de la capitale européenne des Droits de l’Homme et au bien être de ses habitants.</p>
<p class="western">

                    [category@term] => Démocratie
                    [category#2@term] => Non classé
                    [category#3@term] => Strasbourg
                    [category#4@term] => Tribune
                    [category#5@term] => arcadia
                    [category#6@term] => bastion social
                    [category#7@term] => extrême-droite
                    [category#8@term] => tribune
                    [category#9@term] => une
                    [date_timestamp] => 1515741020
                )

            [6] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Transfert des PACS aux communes – #Strasbourg #Cmstras du 23/10/2017
                    [link#] => 1
                    [link] => http://www.ericschultz.fr/transfert-des-pacs-aux-communes-strasbourg-cmstras-du-23102017/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://www.ericschultz.fr/transfert-des-pacs-aux-communes-strasbourg-cmstras-du-23102017/#comments
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 23 Oct 2017 19:30:36 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Eric Schultz
                            [subject#] => 7
                            [subject] => Démocratie
                            [subject#2] => Non classé
                            [subject#3] => #cmstras
                            [subject#4] => Etat civil
                            [subject#5] => Pacs
                            [subject#6] => Strasbourg
                            [subject#7] => une
                        )

                    [category#] => 7
                    [category] => Démocratie
                    [category#2] => Non classé
                    [category#3] => #cmstras
                    [category#4] => Etat civil
                    [category#5] => Pacs
                    [category#6] => Strasbourg
                    [category#7] => une
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://www.ericschultz.fr/?p=1144
                    [description#] => 1
                    [description] => Réponse à l&#8217;interpellation de M. Eric Senet relative aux conséquences financières de la réforme du PACS pour la Ville de Strasbourg. &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;- Monsieur le Maire, Mes cher-e-s collègues, Monsieur le conseiller, Je vous remercie de votre question au sujet du transfert de compétences en matière d’état civil aux communes qui fait suite à l’adoption de [&#038;hellip
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><em>Réponse à l&rsquo;interpellation de M. Eric Senet relative aux conséquences financières de la réforme du PACS pour la Ville de Strasbourg.</em></p>
<p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;-</p>
<p class="western" align="justify">Monsieur le Maire, Mes cher-e-s collègues, Monsieur le conseiller,</p>
<p class="western" align="justify">Je vous remercie de votre question au sujet du transfert de compétences en matière d’état civil aux communes qui fait suite à l’adoption de la loi de modernisation de la justice au XXIe siècle du 18 novembre 2016.</p>
<p class="western" align="justify">Votre interpellation me permet en effet de souligner le fait que cette Loi est bienvenue sur le fond puisqu’elle permet d’unifier enfin notre Etat civil en confiant aux Communes la responsabilité de l’établissement et de la tenue de l’integralite De ses registres, et ce conformément à l’esprit de la Révolution française puisque c’est à cet échelon que la République a confié en 1792, le soin d’enregistrer les moments décisifs de la vie personnelle de nos concitoyen.es, comme la naissance, le mariage, la mort, et désormais l’union civile…</p>
<p class="western" align="justify">Pour mémoire, si pour Jean Jaurès et quelques autres, confier la tenue de registres d’Etat civil auparavant détenus par les cultes a été l’une des mesures <i>« les plus profondément révolutionnaires qui aient été décrétées »</i> par la République, force est de constater qu’au terme d’un débat public détestable sur la forme et sur le fond, la dissociation formelle des PACS des autres d’actes d’Etat civil en 1999 avait donné naissance à une anomalie politique et juridique qu’il était grand temps de résorber, ce que le législateur a enfin fait en 2016.</p>
<p class="western" align="justify">Il était en effet plus que temps d’aller dans cette direction, puisqu’aujourd’hui en France, avec 190 000 contrats signés en 2015 au niveau national, le nombre de Pacs conclus se rapproche annuellement de celui des mariages civils, faisant ainsi des PACS, 27 ans après leur mise en œuvre et n’en déplaise à ses détracteurs, un acte d’Etat civil comme un autre dont le succès auprès de nos concitoyen.ne.s témoigne de la pertinence… A titre d’information, sachez que le tribunal d’instance de Strasbourg a enregistré en 2015, 921 PACS, 522 dissolutions et 8 modifications.</p>
<p class="western" align="justify">Pour en venir à votre demande, comme vous le mentionnez dans votre interpellation, la loi de modernisation de la justice contient diverses dispositions relatives à l’état civil, dont le transfert vers les communes de certaines compétences exercées jusqu’ici par les tribunaux, en particulier l’enregistrement des PACS. Je rajoute que la loi a également transféré aux communes, depuis le 1er janvier 2017, la question des changements de noms et prénoms dont la jurisprudence permet à l’officier d’état civil de juger de la légitimité.</p>
<p class="western" align="justify">Pourtant, et vous avez raison, ce transfert, ainsi que les autres compétences déléguées aux communes, qui sera effectif au 1<sup>er</sup> novembre prochain, n’a pas été accompagné de dotations permettant d’en assurer la charge et impactera le service de l’état civil dans son organisation et son fonctionnement.</p>
<p class="western" align="justify">Je me permets donc de préciser les choses, afin que l’ensemble de notre conseil saisisse au mieux les enjeux de cette réorganisation.</p>
<p class="western" align="justify">Vous l’aurez noté, le transfert du PACS aux communes englobe aussi bien l’enregistrement, que la dissolution et les modifications que les partenaires souhaitent y apporter, ce qui implique la gestion de fait des PACS conclus depuis 1999 et dont le Tribunal nous a confié les archives.</p>
<p class="western" align="justify">Ces transferts auront, comme je le disais, sans aucun doute un impact financier et humain. De plus, s’agissant des changements de prénoms et de noms, le nouveau texte prévoit une certaine souplesse, ce qui laisse présager une augmentation potentiellement importante du nombre de demandes qui vont indéniablement contribuer à multiplier la mise à jour des actes d’état civil de toute sorte. Sur ce point, on peut estimer l’impact de cette nouvelle mission à hauteur de 1 200 € en courriers et affranchissements, sachant qu’aucune embauche n’a été faite pour ce transfert de compétence, qui suppose tout de même un cinquième d’ETP, soit un coût de 7700 € annuels.</p>
<p class="western" align="justify">S’agissant maintenant du transfert du PACS, cette compétence correspond, d’après nos estimations là-aussi, à environ 1 ETP que l’on peut chiffrer à environ 38 500 € par an ainsi que de 4 500 € là aussi en courriers et affranchissements. Je tiens à préciser ici qu’une embauche est prévue via une transformation de poste et qu’un investissement en matériel sera également nécessaire pour accueillir cette nouvelle mission à hauteur de 3 650 €.</p>
<p class="western" align="justify">Au total, monsieur le conseiller, cette nouvelle mission transférée à notre collectivité nécessitera 3 650 € d’investissement pour un fonctionnement annuel de près de 43 000 €.</p>
<p class="western" align="justify">Enfin, je peux vous dire, et je le regrette que l’Etat ne prévoit pas, à ce stade, de compenser ce transfert de compétence.</p>
<p class="western" align="justify">Pour ma part, je serai vigilant à ce que ce service public puisse être rendu dans les meilleures conditions qui soient aux strasbourgeois.ses tout comme je veillerai à ce que le service Etat civil et élections, qui va désormais gérer cette compétence, soit le mieux préparé et accompagné dans cette mission et je ne manquerai pas de revenir vers les élu.es pour qu’il en soit ainsi.</p>
<p class="western" align="justify">En espérant que ces éléments de réponse répondront à vos attentes,<a name="_GoBack"></a></p>
<p class="western" align="justify">Monsieur le Maire, Monsieur le Conseiller, Cher.es collègues, vous remercie.</p>
<p class="western">

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://www.ericschultz.fr/transfert-des-pacs-aux-communes-strasbourg-cmstras-du-23102017/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Réponse à l&#8217;interpellation de M. Eric Senet relative aux conséquences financières de la réforme du PACS pour la Ville de Strasbourg. &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;- Monsieur le Maire, Mes cher-e-s collègues, Monsieur le conseiller, Je vous remercie de votre question au sujet du transfert de compétences en matière d’état civil aux communes qui fait suite à l’adoption de [&#038;hellip
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><em>Réponse à l&rsquo;interpellation de M. Eric Senet relative aux conséquences financières de la réforme du PACS pour la Ville de Strasbourg.</em></p>
<p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;-</p>
<p class="western" align="justify">Monsieur le Maire, Mes cher-e-s collègues, Monsieur le conseiller,</p>
<p class="western" align="justify">Je vous remercie de votre question au sujet du transfert de compétences en matière d’état civil aux communes qui fait suite à l’adoption de la loi de modernisation de la justice au XXIe siècle du 18 novembre 2016.</p>
<p class="western" align="justify">Votre interpellation me permet en effet de souligner le fait que cette Loi est bienvenue sur le fond puisqu’elle permet d’unifier enfin notre Etat civil en confiant aux Communes la responsabilité de l’établissement et de la tenue de l’integralite De ses registres, et ce conformément à l’esprit de la Révolution française puisque c’est à cet échelon que la République a confié en 1792, le soin d’enregistrer les moments décisifs de la vie personnelle de nos concitoyen.es, comme la naissance, le mariage, la mort, et désormais l’union civile…</p>
<p class="western" align="justify">Pour mémoire, si pour Jean Jaurès et quelques autres, confier la tenue de registres d’Etat civil auparavant détenus par les cultes a été l’une des mesures <i>« les plus profondément révolutionnaires qui aient été décrétées »</i> par la République, force est de constater qu’au terme d’un débat public détestable sur la forme et sur le fond, la dissociation formelle des PACS des autres d’actes d’Etat civil en 1999 avait donné naissance à une anomalie politique et juridique qu’il était grand temps de résorber, ce que le législateur a enfin fait en 2016.</p>
<p class="western" align="justify">Il était en effet plus que temps d’aller dans cette direction, puisqu’aujourd’hui en France, avec 190 000 contrats signés en 2015 au niveau national, le nombre de Pacs conclus se rapproche annuellement de celui des mariages civils, faisant ainsi des PACS, 27 ans après leur mise en œuvre et n’en déplaise à ses détracteurs, un acte d’Etat civil comme un autre dont le succès auprès de nos concitoyen.ne.s témoigne de la pertinence… A titre d’information, sachez que le tribunal d’instance de Strasbourg a enregistré en 2015, 921 PACS, 522 dissolutions et 8 modifications.</p>
<p class="western" align="justify">Pour en venir à votre demande, comme vous le mentionnez dans votre interpellation, la loi de modernisation de la justice contient diverses dispositions relatives à l’état civil, dont le transfert vers les communes de certaines compétences exercées jusqu’ici par les tribunaux, en particulier l’enregistrement des PACS. Je rajoute que la loi a également transféré aux communes, depuis le 1er janvier 2017, la question des changements de noms et prénoms dont la jurisprudence permet à l’officier d’état civil de juger de la légitimité.</p>
<p class="western" align="justify">Pourtant, et vous avez raison, ce transfert, ainsi que les autres compétences déléguées aux communes, qui sera effectif au 1<sup>er</sup> novembre prochain, n’a pas été accompagné de dotations permettant d’en assurer la charge et impactera le service de l’état civil dans son organisation et son fonctionnement.</p>
<p class="western" align="justify">Je me permets donc de préciser les choses, afin que l’ensemble de notre conseil saisisse au mieux les enjeux de cette réorganisation.</p>
<p class="western" align="justify">Vous l’aurez noté, le transfert du PACS aux communes englobe aussi bien l’enregistrement, que la dissolution et les modifications que les partenaires souhaitent y apporter, ce qui implique la gestion de fait des PACS conclus depuis 1999 et dont le Tribunal nous a confié les archives.</p>
<p class="western" align="justify">Ces transferts auront, comme je le disais, sans aucun doute un impact financier et humain. De plus, s’agissant des changements de prénoms et de noms, le nouveau texte prévoit une certaine souplesse, ce qui laisse présager une augmentation potentiellement importante du nombre de demandes qui vont indéniablement contribuer à multiplier la mise à jour des actes d’état civil de toute sorte. Sur ce point, on peut estimer l’impact de cette nouvelle mission à hauteur de 1 200 € en courriers et affranchissements, sachant qu’aucune embauche n’a été faite pour ce transfert de compétence, qui suppose tout de même un cinquième d’ETP, soit un coût de 7700 € annuels.</p>
<p class="western" align="justify">S’agissant maintenant du transfert du PACS, cette compétence correspond, d’après nos estimations là-aussi, à environ 1 ETP que l’on peut chiffrer à environ 38 500 € par an ainsi que de 4 500 € là aussi en courriers et affranchissements. Je tiens à préciser ici qu’une embauche est prévue via une transformation de poste et qu’un investissement en matériel sera également nécessaire pour accueillir cette nouvelle mission à hauteur de 3 650 €.</p>
<p class="western" align="justify">Au total, monsieur le conseiller, cette nouvelle mission transférée à notre collectivité nécessitera 3 650 € d’investissement pour un fonctionnement annuel de près de 43 000 €.</p>
<p class="western" align="justify">Enfin, je peux vous dire, et je le regrette que l’Etat ne prévoit pas, à ce stade, de compenser ce transfert de compétence.</p>
<p class="western" align="justify">Pour ma part, je serai vigilant à ce que ce service public puisse être rendu dans les meilleures conditions qui soient aux strasbourgeois.ses tout comme je veillerai à ce que le service Etat civil et élections, qui va désormais gérer cette compétence, soit le mieux préparé et accompagné dans cette mission et je ne manquerai pas de revenir vers les élu.es pour qu’il en soit ainsi.</p>
<p class="western" align="justify">En espérant que ces éléments de réponse répondront à vos attentes,<a name="_GoBack"></a></p>
<p class="western" align="justify">Monsieur le Maire, Monsieur le Conseiller, Cher.es collègues, vous remercie.</p>
<p class="western">

                    [category@term] => Démocratie
                    [category#2@term] => Non classé
                    [category#3@term] => #cmstras
                    [category#4@term] => Etat civil
                    [category#5@term] => Pacs
                    [category#6@term] => Strasbourg
                    [category#7@term] => une
                    [date_timestamp] => 1508787036
                )

            [7] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Creation d’un groupe cooperatif social, ecologiste et citoyen a #Strasbourg
                    [link#] => 1
                    [link] => http://www.ericschultz.fr/creation-dun-groupe-cooperatif-social-ecologiste-et-citoyen-a-strasbourg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://www.ericschultz.fr/creation-dun-groupe-cooperatif-social-ecologiste-et-citoyen-a-strasbourg/#comments
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Fri, 23 Jun 2017 12:20:23 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Eric Schultz
                            [subject#] => 10
                            [subject] => Conseil municipal
                            [subject#2] => Démocratie
                            [subject#3] => citoyen
                            [subject#4] => Ecologie
                            [subject#5] => groupe politique
                            [subject#6] => pluralisme
                            [subject#7] => recomposition
                            [subject#8] => social
                            [subject#9] => Strasbourg
                            [subject#10] => une
                        )

                    [category#] => 10
                    [category] => Conseil municipal
                    [category#2] => Démocratie
                    [category#3] => citoyen
                    [category#4] => Ecologie
                    [category#5] => groupe politique
                    [category#6] => pluralisme
                    [category#7] => recomposition
                    [category#8] => social
                    [category#9] => Strasbourg
                    [category#10] => une
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://www.ericschultz.fr/?p=1133
                    [description#] => 1
                    [description] => La séquence électorale qui vient de s’achever a ouvert une période de profond renouvellement du paysage politique national. Nous sommes entré.es dans une ère de recomposition profonde et de bouleversement de nos manières de voir et d’agir. Strasbourg n’échappera pas à ce mouvement. On ne fera pas du neuf avec du vieux. Au-delà des émotions [&#038;hellip
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p>La séquence électorale qui vient de s’achever a ouvert une période de profond renouvellement du paysage politique national. Nous sommes entré.es dans une ère de recomposition profonde et de bouleversement de nos manières de voir et d’agir. Strasbourg n’échappera pas à ce mouvement. On ne fera pas du neuf avec du vieux.</p>
<p>Au-delà des émotions d’une campagne présidentielle et de la nécessité de faire barrage à l’extrême-droite, les Strasbourgeois.es ont exprimé à travers les scores de Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon l’envie d’une gauche sincère, inventive, fidèle à ses valeurs et résolument écologiste. De nombreux.ses Strasbourgeois.es, qui ont voté pour Emmanuel Macron par peur d’un second tour entre les candidats de la droite et de l’extrême-droite, partagent cette envie.</p>
<p>Nous devons entendre leur message, au carrefour des gauches strasbourgeoises qui ont contribué à la large désignation de Benoît Hamon lors des primaires citoyennes.</p>
<p>Nous souhaitons aujourd’hui fonder pour Strasbourg l’alliance tant attendue, tant repoussée par les appareils, entre le social, la citoyenneté et l’écologie.</p>
<p>Cette alliance, nous nous efforçons de la faire vivre au quotidien dans notre action au coeur de la majorité municipale de Roland Ries, dans le respect des engagements pris auprès des Strasbourgeois.es en 2014. Nous voulons la valoriser plus qu’elle ne l’est aujourd’hui, et, au-delà des partis, permettre aux citoyen.nes et à la diversité de tou.tes les militant.e.s du quotidien d’y prendre une part active, dans la réflexion collective comme dans le débat d’idées.</p>
<p>Nous appelons aujourd’hui à construire des ponts plutôt que des murs. Nous créons aujourd’hui un groupe transpartisan, ouvert à toutes les contributions, et nous démontrerons qu’un nouveau lien peut être établi entre notre action municipale et les Strasbourgeois.es qui font notre ville au quotidien. Un lien aussi avec les mouvements sociaux, les associations, les intellectuel.les, les actrices et acteurs économiques, celles et ceux du monde de la culture et de la santé et tou.tes les citoyen.nes qui dans la diversité de leurs engagements sont capables de proposer de nouvelles idées pour nourrir notre action municipale.</p>
<p>Nous souhaitons être jugé.es sur notre capacité à réaliser des projets, à porter des débats dans la ville, à incarner une gauche municipale vivante et inventive. Les politiques qui changent la vie se font au moins autant sur le terrain que dans les institutions, ainsi notre groupe sera résolument ouvert sur la ville, sur notre destin européen et sur le monde.</p>
<p>Le temps est venu de mieux associer à notre action tous les Strasbourgeois.es qui aspirent à une gauche sincère, inventive, fidèle à ses valeurs et résolument écologiste, pour cultiver ensemble notre jardin partagé.</p>
<p style="text-align: right;">Vendredi 23 juin 2017<br />
Mina Bezzari, Alexandre Feltz, Jean-Baptiste Gernet,<br />
Paul Meyer, Edith Peirotes, Ada Reichhart, Eric Schultz</p>
<p>&nbsp;</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://www.ericschultz.fr/creation-dun-groupe-cooperatif-social-ecologiste-et-citoyen-a-strasbourg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => La séquence électorale qui vient de s’achever a ouvert une période de profond renouvellement du paysage politique national. Nous sommes entré.es dans une ère de recomposition profonde et de bouleversement de nos manières de voir et d’agir. Strasbourg n’échappera pas à ce mouvement. On ne fera pas du neuf avec du vieux. Au-delà des émotions [&#038;hellip
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p>La séquence électorale qui vient de s’achever a ouvert une période de profond renouvellement du paysage politique national. Nous sommes entré.es dans une ère de recomposition profonde et de bouleversement de nos manières de voir et d’agir. Strasbourg n’échappera pas à ce mouvement. On ne fera pas du neuf avec du vieux.</p>
<p>Au-delà des émotions d’une campagne présidentielle et de la nécessité de faire barrage à l’extrême-droite, les Strasbourgeois.es ont exprimé à travers les scores de Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon l’envie d’une gauche sincère, inventive, fidèle à ses valeurs et résolument écologiste. De nombreux.ses Strasbourgeois.es, qui ont voté pour Emmanuel Macron par peur d’un second tour entre les candidats de la droite et de l’extrême-droite, partagent cette envie.</p>
<p>Nous devons entendre leur message, au carrefour des gauches strasbourgeoises qui ont contribué à la large désignation de Benoît Hamon lors des primaires citoyennes.</p>
<p>Nous souhaitons aujourd’hui fonder pour Strasbourg l’alliance tant attendue, tant repoussée par les appareils, entre le social, la citoyenneté et l’écologie.</p>
<p>Cette alliance, nous nous efforçons de la faire vivre au quotidien dans notre action au coeur de la majorité municipale de Roland Ries, dans le respect des engagements pris auprès des Strasbourgeois.es en 2014. Nous voulons la valoriser plus qu’elle ne l’est aujourd’hui, et, au-delà des partis, permettre aux citoyen.nes et à la diversité de tou.tes les militant.e.s du quotidien d’y prendre une part active, dans la réflexion collective comme dans le débat d’idées.</p>
<p>Nous appelons aujourd’hui à construire des ponts plutôt que des murs. Nous créons aujourd’hui un groupe transpartisan, ouvert à toutes les contributions, et nous démontrerons qu’un nouveau lien peut être établi entre notre action municipale et les Strasbourgeois.es qui font notre ville au quotidien. Un lien aussi avec les mouvements sociaux, les associations, les intellectuel.les, les actrices et acteurs économiques, celles et ceux du monde de la culture et de la santé et tou.tes les citoyen.nes qui dans la diversité de leurs engagements sont capables de proposer de nouvelles idées pour nourrir notre action municipale.</p>
<p>Nous souhaitons être jugé.es sur notre capacité à réaliser des projets, à porter des débats dans la ville, à incarner une gauche municipale vivante et inventive. Les politiques qui changent la vie se font au moins autant sur le terrain que dans les institutions, ainsi notre groupe sera résolument ouvert sur la ville, sur notre destin européen et sur le monde.</p>
<p>Le temps est venu de mieux associer à notre action tous les Strasbourgeois.es qui aspirent à une gauche sincère, inventive, fidèle à ses valeurs et résolument écologiste, pour cultiver ensemble notre jardin partagé.</p>
<p style="text-align: right;">Vendredi 23 juin 2017<br />
Mina Bezzari, Alexandre Feltz, Jean-Baptiste Gernet,<br />
Paul Meyer, Edith Peirotes, Ada Reichhart, Eric Schultz</p>
<p>&nbsp;</p>

                    [category@term] => Conseil municipal
                    [category#2@term] => Démocratie
                    [category#3@term] => citoyen
                    [category#4@term] => Ecologie
                    [category#5@term] => groupe politique
                    [category#6@term] => pluralisme
                    [category#7@term] => recomposition
                    [category#8@term] => social
                    [category#9@term] => Strasbourg
                    [category#10@term] => une
                    [date_timestamp] => 1498220423
                )

            [8] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => #Strasbourg #Legislatives2017 : Je vote pour les candidat.e.s de l’ecologie sociale !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://www.ericschultz.fr/strasbourg-legislatives2017-je-vote-pour-les-candidat-e-s-de-lecologie-sociale/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://www.ericschultz.fr/strasbourg-legislatives2017-je-vote-pour-les-candidat-e-s-de-lecologie-sociale/#comments
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Sun, 04 Jun 2017 09:17:16 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Eric Schultz
                            [subject#] => 13
                            [subject] => Démocratie
                            [subject#2] => Elections
                            [subject#3] => Non classé
                            [subject#4] => 2017
                            [subject#5] => Abdelkarim Ramdane
                            [subject#6] => Chrystelle Syllas
                            [subject#7] => Ecologie sociale
                            [subject#8] => Floriane Dupré
                            [subject#9] => Jean-Marie Brom
                            [subject#10] => Legislatives
                            [subject#11] => Leyla Binici
                            [subject#12] => Strasbourg
                            [subject#13] => une
                        )

                    [category#] => 13
                    [category] => Démocratie
                    [category#2] => Elections
                    [category#3] => Non classé
                    [category#4] => 2017
                    [category#5] => Abdelkarim Ramdane
                    [category#6] => Chrystelle Syllas
                    [category#7] => Ecologie sociale
                    [category#8] => Floriane Dupré
                    [category#9] => Jean-Marie Brom
                    [category#10] => Legislatives
                    [category#11] => Leyla Binici
                    [category#12] => Strasbourg
                    [category#13] => une
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://www.ericschultz.fr/?p=1127
                    [description#] => 1
                    [description] => A une semaine du premier tour des élections législatives la situation politique n’a jamais été aussi confuse. Que ce soit à Strasbourg ou au niveau national, le storytelling local lié aux résultats de l’élection présidentielle, les stratégies partisanes et les postures individuelles occupent désormais le devant de la scène médiatique quand ils ne défrayent pas [&#038;hellip
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p>A une semaine du premier tour des élections législatives la situation politique n’a jamais été aussi confuse. Que ce soit à Strasbourg ou au niveau national, le <i>storytelling</i> local lié aux résultats de l’élection présidentielle, les stratégies partisanes et les postures individuelles occupent désormais le devant de la scène médiatique quand ils ne défrayent pas la chronique.</p>
<p>Pourtant, la nécessité absolue de mener des politiques volontaristes à même de répondre à l’urgence écologique et de porter des exigences fortes de justice sociale dans notre pays comme au niveau planétaire n’a jamais été aussi pressante.</p>
<p>Pour qui en douterait, la décision criminelle et irresponsable de Donald Trump de retirer son pays de l’accord de Paris vient nous rappeler à quel point l’enjeu écologique est bel et bien le défi majeur du XXIe siècle, et à quel point écologie et justice sociale sont désormais liés.</p>
<p>En France, les citoyen.ne.s sont manifestement prêt.e.s à relever ce défi.</p>
<p>Si l’on en juge par le développement des mouvements citoyens et associatifs locaux, par le niveau atteint par les candidats dotés d’un programme écologiste au premier tour de la présidentielle (près de 27% des voix) ou par la popularité du nouveau ministre de l’environnement, tout démontre qu’il existe dans notre pays une forte attente en matière d’écologie sociale.</p>
<p>Il appartient aux électeurs et aux électrices de lui donner corps dans les urnes les 11 et 18 juin prochain.</p>
<p>A Strasbourg, plusieurs candidat.e.s se réclamant de l’écologie sociale sont présent.e.s sur les trois circonscriptions : <b>Abdelkarim Ramdane</b> (avec Anny Zorn) et <b>Jean-Marie Brom</b> (avec Martine Kremmel) sur la 1ère circonscription, <b>Leyla Binici</b> (avec Mélanie Goerke) sur la 2<sup>e</sup>, <b>Floriane Dupré</b> (avec Sébastien Mas) et <b>Christelle Syllas</b> (avec Hugo Cordier) sur la 3<sup>e</sup>.</p>
<p>Tou.te.s aujourd’hui peuvent prétendre à la légitimité de leur candidature et à la pertinence de leurs propositions. Tou.te.s sont favorables à la fermeture de Fessenheim et à la transition énergétique, tou.te.s sont opposé.e.s au GCO et favorables à la taxe poids lourds&#8230; Chacun pourra donc sans difficulté s’y reconnaître et mettre un bulletin écologiste dans les urnes en se disant que chaque bulletin, quel qui soit, viendra d’abord confirmer notre attachement à l’écologie et à la planète et constituera également un avertissement à celles et ceux qui feraient mine de l’ignorer.</p>
<p><b>En tant qu’élu local </b><b>et en tant qu’écologiste militant, j’ai choisi de m’engager activement dans la campagne d’Abdelkarim Ramdane et Anny Zorn pour EELV sur la 1ère circonscription</b> de Strasbourg. Je connais leur engagement en matière de justice sociale et de lutte contre toutes les discriminations, de santé, d’environnement et de promotion de l’éthique animale. J’ai le plaisir de les côtoyer depuis plusieurs années et sais à quel point ils sont rigoureux dans leurs engagements attachés à leur ville et à leurs habitants. Ils ont tout mon soutien.</p>
<p><b>J’ai aussi accepté de faire partie du comité de soutien de Floriane Dupré et Sébastien Mas, candidat.e.s de la France </b><b>I</b><b>nsoumise </b><b>s</b><b>ur la 3</b><sup><b>e</b></sup><b> circonscription.</b> J’ai eu le plaisir de rencontrer Floriane il y a plus d’un an maintenant et de découvrir la profondeur et sincérité de son engagement en faveur d’une écologie de terrain proche des habitant.e.s des quartiers ou elle travaille. Elle incarne elle aussi à sa manière un renouvellement de l’écologie militante à Strasbourg dont nous avons besoin et sur lequel il faudra compter.</p>
<p><b>Electeur de la 2<sup>e</sup> circonscription, je soutiens naturellement Leyla Binici et Mélanie Goerke.</b></p>
<p>A Strasbourg comme ailleurs, <b>l’écologie sociale est diverse </b><b>dans ses expressions et dans ses visages</b>. <b>Elle est </b><b>en train de se renouveler en profondeur</b>. A nous de soutenir ses candidat.e.s dans les urnes en votant pour eux-elles les 11 et 18 juin prochains.</p>
<p>Le temps de l’unité et du rassemblement, nécessaire pour notre avenir commun, viendra demain&#8230;</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://www.ericschultz.fr/strasbourg-legislatives2017-je-vote-pour-les-candidat-e-s-de-lecologie-sociale/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => A une semaine du premier tour des élections législatives la situation politique n’a jamais été aussi confuse. Que ce soit à Strasbourg ou au niveau national, le storytelling local lié aux résultats de l’élection présidentielle, les stratégies partisanes et les postures individuelles occupent désormais le devant de la scène médiatique quand ils ne défrayent pas [&#038;hellip
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p>A une semaine du premier tour des élections législatives la situation politique n’a jamais été aussi confuse. Que ce soit à Strasbourg ou au niveau national, le <i>storytelling</i> local lié aux résultats de l’élection présidentielle, les stratégies partisanes et les postures individuelles occupent désormais le devant de la scène médiatique quand ils ne défrayent pas la chronique.</p>
<p>Pourtant, la nécessité absolue de mener des politiques volontaristes à même de répondre à l’urgence écologique et de porter des exigences fortes de justice sociale dans notre pays comme au niveau planétaire n’a jamais été aussi pressante.</p>
<p>Pour qui en douterait, la décision criminelle et irresponsable de Donald Trump de retirer son pays de l’accord de Paris vient nous rappeler à quel point l’enjeu écologique est bel et bien le défi majeur du XXIe siècle, et à quel point écologie et justice sociale sont désormais liés.</p>
<p>En France, les citoyen.ne.s sont manifestement prêt.e.s à relever ce défi.</p>
<p>Si l’on en juge par le développement des mouvements citoyens et associatifs locaux, par le niveau atteint par les candidats dotés d’un programme écologiste au premier tour de la présidentielle (près de 27% des voix) ou par la popularité du nouveau ministre de l’environnement, tout démontre qu’il existe dans notre pays une forte attente en matière d’écologie sociale.</p>
<p>Il appartient aux électeurs et aux électrices de lui donner corps dans les urnes les 11 et 18 juin prochain.</p>
<p>A Strasbourg, plusieurs candidat.e.s se réclamant de l’écologie sociale sont présent.e.s sur les trois circonscriptions : <b>Abdelkarim Ramdane</b> (avec Anny Zorn) et <b>Jean-Marie Brom</b> (avec Martine Kremmel) sur la 1ère circonscription, <b>Leyla Binici</b> (avec Mélanie Goerke) sur la 2<sup>e</sup>, <b>Floriane Dupré</b> (avec Sébastien Mas) et <b>Christelle Syllas</b> (avec Hugo Cordier) sur la 3<sup>e</sup>.</p>
<p>Tou.te.s aujourd’hui peuvent prétendre à la légitimité de leur candidature et à la pertinence de leurs propositions. Tou.te.s sont favorables à la fermeture de Fessenheim et à la transition énergétique, tou.te.s sont opposé.e.s au GCO et favorables à la taxe poids lourds&#8230; Chacun pourra donc sans difficulté s’y reconnaître et mettre un bulletin écologiste dans les urnes en se disant que chaque bulletin, quel qui soit, viendra d’abord confirmer notre attachement à l’écologie et à la planète et constituera également un avertissement à celles et ceux qui feraient mine de l’ignorer.</p>
<p><b>En tant qu’élu local </b><b>et en tant qu’écologiste militant, j’ai choisi de m’engager activement dans la campagne d’Abdelkarim Ramdane et Anny Zorn pour EELV sur la 1ère circonscription</b> de Strasbourg. Je connais leur engagement en matière de justice sociale et de lutte contre toutes les discriminations, de santé, d’environnement et de promotion de l’éthique animale. J’ai le plaisir de les côtoyer depuis plusieurs années et sais à quel point ils sont rigoureux dans leurs engagements attachés à leur ville et à leurs habitants. Ils ont tout mon soutien.</p>
<p><b>J’ai aussi accepté de faire partie du comité de soutien de Floriane Dupré et Sébastien Mas, candidat.e.s de la France </b><b>I</b><b>nsoumise </b><b>s</b><b>ur la 3</b><sup><b>e</b></sup><b> circonscription.</b> J’ai eu le plaisir de rencontrer Floriane il y a plus d’un an maintenant et de découvrir la profondeur et sincérité de son engagement en faveur d’une écologie de terrain proche des habitant.e.s des quartiers ou elle travaille. Elle incarne elle aussi à sa manière un renouvellement de l’écologie militante à Strasbourg dont nous avons besoin et sur lequel il faudra compter.</p>
<p><b>Electeur de la 2<sup>e</sup> circonscription, je soutiens naturellement Leyla Binici et Mélanie Goerke.</b></p>
<p>A Strasbourg comme ailleurs, <b>l’écologie sociale est diverse </b><b>dans ses expressions et dans ses visages</b>. <b>Elle est </b><b>en train de se renouveler en profondeur</b>. A nous de soutenir ses candidat.e.s dans les urnes en votant pour eux-elles les 11 et 18 juin prochains.</p>
<p>Le temps de l’unité et du rassemblement, nécessaire pour notre avenir commun, viendra demain&#8230;</p>

                    [category@term] => Démocratie
                    [category#2@term] => Elections
                    [category#3@term] => Non classé
                    [category#4@term] => 2017
                    [category#5@term] => Abdelkarim Ramdane
                    [category#6@term] => Chrystelle Syllas
                    [category#7@term] => Ecologie sociale
                    [category#8@term] => Floriane Dupré
                    [category#9@term] => Jean-Marie Brom
                    [category#10@term] => Legislatives
                    [category#11@term] => Leyla Binici
                    [category#12@term] => Strasbourg
                    [category#13@term] => une
                    [date_timestamp] => 1496567836
                )

            [9] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => #cmstras du 24/04/2017 : Question d’actualite sur les radiations des listes electorales à #Strasbourg
                    [link#] => 1
                    [link] => http://www.ericschultz.fr/cmstras-du-24042017-question-dactualite-sur-les-radiations-des-listes-electorales-a-strasbourg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://www.ericschultz.fr/cmstras-du-24042017-question-dactualite-sur-les-radiations-des-listes-electorales-a-strasbourg/#comments
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Tue, 25 Apr 2017 07:48:56 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Eric Schultz
                            [subject#] => 12
                            [subject] => Conseil municipal
                            [subject#2] => Démocratie
                            [subject#3] => Elections
                            [subject#4] => Non classé
                            [subject#5] => citoyenneté
                            [subject#6] => élections
                            [subject#7] => listes electorales
                            [subject#8] => Présidentielle 2017
                            [subject#9] => radiations
                            [subject#10] => Strasbourg
                            [subject#11] => une
                            [subject#12] => vote
                        )

                    [category#] => 12
                    [category] => Conseil municipal
                    [category#2] => Démocratie
                    [category#3] => Elections
                    [category#4] => Non classé
                    [category#5] => citoyenneté
                    [category#6] => élections
                    [category#7] => listes electorales
                    [category#8] => Présidentielle 2017
                    [category#9] => radiations
                    [category#10] => Strasbourg
                    [category#11] => une
                    [category#12] => vote
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://www.ericschultz.fr/?p=1116
                    [description#] => 1
                    [description] => A la demande de l&#8217;opposition, le conseil municipal du 24 avril a évoqué la question des radiations des listes électorales à Strasbourg. Cela m&#8217;a donné l&#8217;occasion de répondre publiquement et en détail aux questions légitimes qui pouvaient se poser au lendemain du premier tour de scrutin de l&#8217;élection présidentielle. J&#8217;invite toutes celles et tous ceux [&#038;hellip
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p>A la demande de l&rsquo;opposition, le conseil municipal du 24 avril a évoqué la question des radiations des listes électorales à Strasbourg. Cela m&rsquo;a donné l&rsquo;occasion de répondre publiquement et en détail aux questions légitimes qui pouvaient se poser au lendemain du premier tour de scrutin de l&rsquo;élection présidentielle. J&rsquo;invite toutes celles et tous ceux qui souhaitent s&rsquo;informer à ce sujet à consulter le lien ci-dessous pour revoir l&rsquo;intégralité de ce débat :</p>
<p style="text-align: center;"><a href="https://www.creacast.com/channel/strasbourg/?sid=155&amp;iid=4780"><strong>#cmstras du 24 avril 2017 : question d&rsquo;actualité sur les radiations des listes électorales à Strasbourg</strong></a></p>
<p>&nbsp;</p>
<p><iframe src="https://www.creacast.com/play.php?k=KutnHSsDAWvUNUbAvg6cPn" width="340" height="280" frameborder="0" scrolling="no" allowfullscreen="allowfullscreen"></iframe></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://www.ericschultz.fr/cmstras-du-24042017-question-dactualite-sur-les-radiations-des-listes-electorales-a-strasbourg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 1
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => A la demande de l&#8217;opposition, le conseil municipal du 24 avril a évoqué la question des radiations des listes électorales à Strasbourg. Cela m&#8217;a donné l&#8217;occasion de répondre publiquement et en détail aux questions légitimes qui pouvaient se poser au lendemain du premier tour de scrutin de l&#8217;élection présidentielle. J&#8217;invite toutes celles et tous ceux [&#038;hellip
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p>A la demande de l&rsquo;opposition, le conseil municipal du 24 avril a évoqué la question des radiations des listes électorales à Strasbourg. Cela m&rsquo;a donné l&rsquo;occasion de répondre publiquement et en détail aux questions légitimes qui pouvaient se poser au lendemain du premier tour de scrutin de l&rsquo;élection présidentielle. J&rsquo;invite toutes celles et tous ceux qui souhaitent s&rsquo;informer à ce sujet à consulter le lien ci-dessous pour revoir l&rsquo;intégralité de ce débat :</p>
<p style="text-align: center;"><a href="https://www.creacast.com/channel/strasbourg/?sid=155&amp;iid=4780"><strong>#cmstras du 24 avril 2017 : question d&rsquo;actualité sur les radiations des listes électorales à Strasbourg</strong></a></p>
<p>&nbsp;</p>
<p><iframe src="https://www.creacast.com/play.php?k=KutnHSsDAWvUNUbAvg6cPn" width="340" height="280" frameborder="0" scrolling="no" allowfullscreen="allowfullscreen"></iframe></p>

                    [category@term] => Conseil municipal
                    [category#2@term] => Démocratie
                    [category#3@term] => Elections
                    [category#4@term] => Non classé
                    [category#5@term] => citoyenneté
                    [category#6@term] => élections
                    [category#7@term] => listes electorales
                    [category#8@term] => Présidentielle 2017
                    [category#9@term] => radiations
                    [category#10@term] => Strasbourg
                    [category#11@term] => une
                    [category#12@term] => vote
                    [date_timestamp] => 1493106536
                )

        )

    [channel] => Array
        (
            [title#] => 1
            [title] => Eric Schultz
            [atom] => Array
                (
                    [link#] => 1
                    [link@] => href,rel,type
                    [link@href] => http://www.ericschultz.fr/feed/
                    [link@rel] => self
                    [link@type] => application/rss+xml
                )

            [link#] => 1
            [link] => http://www.ericschultz.fr
            [description#] => 1
            [description] => Un site utilisant WordPress
            [lastbuilddate#] => 1
            [lastbuilddate] => Mon, 20 Sep 2021 09:59:43 +0000
            [language#] => 1
            [language] => fr-FR
            [sy] => Array
                (
                    [updateperiod#] => 1
                    [updateperiod] => hourly
                    [updatefrequency#] => 1
                    [updatefrequency] => 1
                )

            [generator#] => 1
            [generator] => https://wordpress.org/?v=4.1.35
            [tagline#] => 1
            [tagline] => Un site utilisant WordPress
            [subtitle#] => 1
            [subtitle] => Un site utilisant WordPress
        )

    [textinput] => Array
        (
        )

    [image] => Array
        (
        )

    [feed_type] => RSS
    [feed_version] => 2.0
    [encoding] => UTF-8
    [_source_encoding] => 
    [ERROR] => 
    [WARNING] => 
    [_ATOM_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => content
            [1] => summary
            [2] => title
            [3] => info
            [4] => tagline
            [5] => copyright
            [6] => rights
            [7] => subtitle
        )

    [_XHTML_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => body
            [1] => div
        )

    [_KNOWN_ENCODINGS] => Array
        (
            [0] => UTF-8
            [1] => US-ASCII
            [2] => ISO-8859-1
        )

    [stack] => Array
        (
        )

    [inchannel] => 
    [initem] => 
    [incontent] => Array
        (
        )

    [exclude_top] => 
    [intextinput] => 
    [inimage] => 
    [current_namespace] => 
    [current_category] => 0
    [rss_origin] => 5
)